Fifa : des avis de recherche pour deux ex-dirigeants lancés par Interpol

L'enquête sur la corruption touchant la Fifa s'accélère. Interpol a émis mercredi six avis de recherche visant deux ex-responsables de l'organisation internationale de football et quatre dirigeants d'entreprises.

(Six "notices rouges" émises par Interpol à l'encontre notamment de Jack Warner et Nicolas Leoz @capture d'écran/Interpol)

C’est à la demande des autorités américaines qu’Interpol a sorti mercredi six notices rouges dans l’affaire de Fifa. Ces avis de recherche, accompagnés de photos, visent deux ex-responsables de la Fédération internationale de football. Il s’agit de Jack Warner, ancien vice-président et Nicolas Leoz, ancien membre du comité exécutif. Quatre dirigeants d'entreprises évoluant dans le marketing sportif sont aussi ciblés par Interpol.

A LIRE AUSSI ►►►Fifa : le FBI avait une taupe depuis 2011

Un moyen de localiser les suspects

Les autorités américaines qui mènent une enquête sur de la corruption à la Fifa prennent leurs précautions. La justice a bien l’intention de garder dans son viseur les principaux protagonistes. A cette fin, il a été demandé à Interpol de lancer des notices rouges. Dans le jargon de l’organisation internationale de la police, ces fiches correspondent à des avis de recherche internationaux ou des demandes d'arrestation à des fins d'extradition. Elles sont diffusées dans les 190 pays membres d’Interpol.

Warner et Leoz à priori dans leurs pays

L’ancien vice-président de la Fifa et président de la Fédération des Caraïbes (CFU), Jack Warner a été placé en garde à vue durant 24 heures après s'être présenté volontairement il y a une semaine devant les services anti-fraude de la police locale de Trinidad et Tobago, dont il est originaire. Il a été libéré après le versement d'une caution d'environ 400.000 dollars (360.000 euros). Son nom a été cité à plusieurs reprises depuis le déclenchement du scandale. Lundi, le quotidien New York Times affirmait que le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa, était impliqué dans le versement de 10 millions de dollars sur des comptes gérés par Jack Warner. Une implication niée par l'organisation internationale de football.

Le Paraguayen Nicolas Leoz, ancien membre du Comité exécutif de la Fifa, et ancien président de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) est lui assigné à résidence depuis lundi par la justice de son pays.

Quatre dirigeants d'entreprises recherchés

Des responsables d'entreprises de marketing sportifs figurent aussi sur la liste publiée par Interpol. Trois d’entre eux sont en fuite. Il s’agit des Argentins Alejandro Burzaco, dirigeant de Torneos y competencias, ainsi que Hugo Jinkis et son fils Mariano, patrons de Full Play SA. Cette société détient notamment des droits télé des matches de qualifications sud-américains pour le Mondial.

La police argentine a tenté en vain de les interpeller la semaine dernière, après le coup de tonnerre provoqué par l’enquête américaine.

Le Brésilien Jose Margulies, dirigeant de l'entreprise Valente Corp. et Somerton Ltd, est aussi dans le collimateur d’Interpol.

Ce nouvel épisode dans le scandale touchant la Fifa intervient alors que son président Sepp Blatter vient de jeter l'éponge. 

A LIRE AUSSI ►►►Fifa : Sepp Blatter démissionne, le Prince Ali candidat