Exode de chrétiens syriens devant les djihadistes

Près de 5.000 membres de la communauté chrétienne des Assyriens ont fui leurs domiciles dans le nord-est de la Syrie après l'enlèvement d'une centaine d'entre eux par le groupe Daech/Etat islamique. Ce rapt serait une réponse des islamistes à la reprise de plusieurs villages chrétiens par les Kurdes.

(Le village chrétien d'Abu Tina, dans le nord-est de la Syrie, reprit par les Kurdes à Daech/Etat islamique © REUTERS/Rodi Said)

Les djihadistes de daech/Etat islamique reculent devant les Kurdes et la coalition internationale en Syrie, et ils se livrent à de nouvelles exactions dans les secteurs où ils sont menacés. C'est ainsi qu'une centaine de chrétiens de la communauté des Assyriens ont été enlevés en début de semaine : entre 70 et 100, "en grande majorité des femmes, des enfants et des personnes âgées ", selon le réseau assyrien des droits de l'Homme, basé en Suède. Le double, estime de son côté la BBC. Ils auraient été emmenés dans un des fiefs des islamistes, à Chaddadé, dans la même province. "L'EI perd du terrain et ils ont pris ces otages pour en faire des boucliers humains ", dénonce l'OSDH, qui soupçonnent les djihadistes de vouloir aussi les échanger contre des prisonniers aux mains des kurdes.

Offensive kurde

La région habitée par la communauté des Assyriens, une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde, est l'objet d'une offensive victorieuse des combattants kurdes, appuyés par des frappes aériennes internationales. Plusieurs villages auraient été repris et un Australien combattant dans les rangs des Kurdes aurait été tué, premier occidental à avoir trouvé la mort dans ces conditions.

Menaces sur les églises

Face à cette situation, environ un millier de familles chrétiennes, soit 5.000 personnes, ont préféré fuir leurs domiciles dans les villages du nord-est, pour se réfugier en majorité dans la principale métropole assyrienne, Hassaké, ou alors dans la ville de Qamichli. Les habitants auraient été auparavant menacés par les djihadistes, qui les auraient sommé d'enlever les croix de leurs églises, rapporte le réseau assyrien des droits de l'Homme.

A LIRE AUSSI :

►►►Un père franciscain et ses fidèles enlevés en Syrie