Volkan T., l'homme qui faisait la fête en slip dans l'avion d'Angela Merkel

Le bodybuilder a été retrouvé à moitié endormi après avoir fait la fête dans l'avion de la chancelière allemande. Il aurait été sous l'emprise de drogue.

La chancelière allemande, Angela Merkel, pose devant son avion, le 23 mai 2006, à l\'aéroport d\'Almaty (Kazakhstan).
La chancelière allemande, Angela Merkel, pose devant son avion, le 23 mai 2006, à l'aéroport d'Almaty (Kazakhstan). (MICHAEL KAPPELER / AFP)

De l'ecstasy, du cannabis et l'avion d'Angela Merkel. Volkan T., un bodybuilder, a fait la fête, tout seul et en sous-vêtements, dans l'avion de la chancelière allemande, le 25 juillet, et il s'est fait plaisir, raconte le Spiegel (en anglais), mercredi 27 août.

Il a déployé le toboggan de sécurité

Après avoir vidé un extincteur dans l'intérieur luxueux de l'appareil resté au sol, le Germano-Turc a déployé un tobbogan de sécurité, ce qui a passablement endommagé l'aile de l'avion. Il a également joué avec les manettes dans le cockpit et aurait techniquement pu décoller, d'après les enquêteurs allemands. Il aurait été sous l'emprise de drogue.

Une fois la fête finie, Volkan T. s'est endormi dans le lit qu'utilise Angela Merkel pour les longs trajets. Le procureur de Cologne, qui dirige l'enquête, s'est refusé à tout commentaire au Spiegel. Mais cela expliquerait pourquoi le bodybuilder n'a pas répondu aux appels d'un policier perché sur un escalier d'accès, un mégaphone à la main. L'homme s'est finalement fait violemment réveiller par un chien policier qui lui a mordu la jambe.

100 000 euros de dommages

Le journal allemand Bild a interrogé les parents de l'homme. "Il y a quatre ans, Volkan a commencé à être confus et à nous accuser de comploter contre lui", raconte son père. Le refus de l'armée allemande de l'incorporer aurait été l'élément déclencheur de cette fête à bord de l'avion de Merkel.

La police et les autorités aériennes font face à des critiques sur la facilité avec laquelle Volkan T. a pu entrer dans l'avion. De plus, les autorités ont mis quatre heures à déloger l'intrus. Ses frasques auront tout de même causé 100 000 euros de dommages. Il risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.