Violences à Barcelone après une journée de grève générale en Espagne

Jeunes et forces de l'ordre se sont opposés dans la capitale catalane, à l'issue d'une manifestation de plusieurs milliers de personnes contre l'austérité. 

Des policiers regardent des poubelles incendiées par des manifestants, lors d\'une manifestation contre l\'austérité, le 29 mars 2012, à Barcelone (Espagne). 
Des policiers regardent des poubelles incendiées par des manifestants, lors d'une manifestation contre l'austérité, le 29 mars 2012, à Barcelone (Espagne).  (GUSTAU NACARINO / REUTERS)

La tension est montée d'un cran, jeudi 29 mars dans la soirée, à Barcelone. Des violences ont éclaté en marge de la manifestation, organisée à l'occasion de la journée de grève générale contre l'austérité en Espagne. Des heurts ont opposé jeunes et forces de l'ordre, à la fin du rassemblement qui a réuni entre 80 000 (selon la police) et 800 000 personnes (selon les syndicats).

Francetv info

La police anti-émeutes a fait usage de balles en caoutchouc visant le sol et les pieds pour faire face à un "groupe assez important" qui a provoqué "des incidents violents", a indiqué le ministère régional de l'Intérieur.

Selon un de ses porte-paroles, ce groupe de jeunes a "brûlé de nombreux conteneurs, brisé la vitrine d'un magasin" et incendié un café Starbucks dont l'incendie est désormais maîtrisé. 

Heurts dans d'autres villes

Tout au long de la journée, les incidents ont émaillé la manifestation à Barcelone. Les heurts ont été particulièrement violents dans la ville catalane. 

FTVi / REUTERS et APTN

Partout ailleurs, la mobilisation était forte et des débordements ont atteint d'autres villes, comme Madrid, Vitoria et Séville. Au total, 176 personnes ont été interpellées à travers le pays. 58 policiers et 46 manifestants ou grévistes ont aussi été blessés, signale le ministère de l'Intérieur.