VIDEO. G20 : Hollande et Poutine évitent soigneusement d'évoquer le dossier Mistral

Les présidents français et russe se sont entretenus une heure en privé, sans évoquer le dossier des Mistral.

POOL

Vladimir Poutine et François Hollande se sont entretenus, en marge du G20 de Brisbane, samedi 15 novembre. Après un bref échange public, qui a été filmé, les deux présidents ont discuté en privé durant "une bonne heure". Mais à aucun moment ils n'ont évoqué la question brûlante de la livraison des Mistral lors de cette rencontre bilatérale, selon la délégation française. La veille, la Russie avait lancé un ultimatum à la France, fixé à fin novembre, pour la livraison du premier navire militaire. 

Sur ces images, on peut voir les deux chefs d'Etat échanger une poignée de main glaciale en présence de la presse. Puis Vladimir Poutine prend la parole. "Nous connaissons actuellement beaucoup de turbulences dans les affaires internationales, dit le président russe. Sur toutes les questions nos points de vue coïncident. Il est d'autant plus utile de nous rencontrer de nouveau, et discuter de ces problèmes. Il faut faire tout notre possible pour minimiser les risques et les conséquences négatives pour les relations bilatérales."  

Le dossier ukrainien au centre de la discussion

Dans la foulée, François Hollande fait référence à la crise économique mondiale et celle en Ukraine : "Une des causes qui expliquent que la reprise économique n'est pas aussi forte qu'attendue, c'est la situation internationale, assène-t-il. La Russie et la France doivent prendre leurs responsabilités pour régler ces questions. Je rappelle ce que nous avons fait depuis le 6 juin (...) pour trouver une issue à la crise en Ukraine. Je suis toujours prêt à poursuivre cette relation, à la condition que cela puisse déboucher."

En coulisses, l'entourage de François Hollande évoque une "atmosphère studieuse et attentive". Les deux dirigeants ont procédé, dans leur rencontre en privée,à un "échange approfondi" sur l'Ukraine avec des "questions très claires" posées par le chef de l'Etat français sur le cessez-le-feu ou la ligne de démarcation et des "réponses très précises" de son homologue russe qui ont "permis des clarifications" même si elles ne sont "pas toujours convaincantes". Peu après cette rencontre, Vladimir Poutine a finalement décidé d'écourter sa présence au sommet du G20, en raison des critiques trop acerbes émise à son encontre par les pays anglo-saxons.

François Hollande et Vladimir Poutine à Brisbane (Australie), le 15 novembre 2014.
François Hollande et Vladimir Poutine à Brisbane (Australie), le 15 novembre 2014. (ALAIN JOCARD / POOL)