Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo 13h15. Vauquois : la France essaie son premier lance-flammes le 6 juin 1915

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
13h15 le dimanche. Vauquois : la France essaie son premier lance-flammes le 6 juin 1915
Article rédigé par
France Télévisions

Environ 14 000 soldats ont trouvé la mort pendant les quatre années de la Première Guerre mondiale sur la butte de Vauquois, dans la Meuse. Une colline trouée de kilomètres de galeries minées… L'état-major français y a testé le premier lance-flammes de son histoire… Extrait de "13h15 le dimanche" du 29 mai.

Une compagnie des sapeurs-pompiers de Paris est arrivée en 1915 dans le plus grand secret sur la butte de Vauquois, dans la Meuse… Que viennent-ils faire sur ce champ de bataille ? "Demain, nous allons lancer aux Boches des liquides enflammés…" dit un soldat au lieutenant André Pézard, qui note alors cette phrase dans un de ses cinq petits carnets de guerre (son livre Nous autres à Vauquois est à commander sur le site de l'association Les Amis de Vauquois et de sa région).

Le 6 juin 1915, à 20h10, l'état-major français essaie sur cette colline non loin de Verdun le premier lance-flammes de son histoire. Une pluie de feu s'abat sur Vauquois et ce qui reste encore de son église… Le vent a-t-il soudain tourné ? Un dépôt de munitions aurait-il sauté derrière les lignes allemandes ? La nouvelle arme testée par les Français se retourne alors contre eux et le feu revient vers son point de départ…

"Rôtis, aveuglés, asphyxiés…"

André Pézard note : "Les hommes du 31e sont passés affolés, sans fusils. L'un d'eux était en flammes… Les pompiers s'affolent et les tuyaux vomissent le feu n'importe où… chez nous… sur nous. Un gars crie 'sauve-qui-peut' !"

Le jeune lieutenant n'oubliera jamais ce qui se déroule sous ses yeux : "C'est trop tard… Les réservoirs s'enflamment, explosent. Les hommes bondissent comme des fous furieux, rôtis, aveuglés, asphyxiés…" En quelques minutes, trente hommes meurent, cent vingt sont blessés et huit disparaissent…

> Les pinceaux de Maël, auteur de la BD Notre mère la guerre (4 volumes chez Futuropolis) illustrent ce voyage au cœur de l'Histoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.