Pêche illégale : la Cour des comptes de l'UE dénonce des contrôles "inégaux" selon les Etats

Les Etats membres sont tenus de contrôler les activités de pêche dans leurs eaux ainsi que celles de leurs navires de pêche même s'ils effectuent leurs captures hors des eaux européennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un vendeur de poisson sur un marché de Barcelone (Espagne), le 17 août 2022. (ALEXANDRE BRE / HANS LUCAS / AFP)

La Cour des comptes de l'Union européenne (UE) a dénoncé, lundi 26 septembre, la disparité des contrôles et sanctions contre la pêche illégale parmi les Vingt-Sept, pointant un manque d'efficacité dans la vérification des produits de pêche importés.

Les Etats sont tenus de contrôler les activités de pêche dans leurs eaux ainsi que celles de leurs navires de pêche même s'ils effectuent leurs captures hors des eaux européennes. Si les contrôles nationaux permettent "souvent" de détecter des pratiques illicites, "des failles importantes" sont "à l'origine d'une surpêche et d'une sous-déclaration des captures", s'alarme dans un rapport l'institution basée au Luxembourg.

Pour la période 2015-2019, les Etats ont effectué 345 510 inspections, dont 13% ont permis de détecter une infraction présumée. Quelque 76% des 69 400 infractions signalées ont été détectées par seulement quatre Etats membres : Italie, Royaume-Uni, Grèce, Espagne. Environ un quart des infractions concernent des cas de pêche dans une zone interdite ou après épuisement des quotas fixés, tandis que 34% relèvent d'un manquement aux obligations de déclaration des données sur les captures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Union européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.