L'Union européenne confirme l'ouverture de négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie

"Nous attendons avec impatience la semaine prochaine, (…) qui marquera le début effectif du processus de négociation", a salué le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, vendredi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un message de soutien à l'Ukraine est affiché près du Parlement européen, le 17 décembre 2023, à Bruxelles (Belgique). (ADRIEN FILLON / HANS LUCAS / AFP)

Les 27 pays de l'Union européenne ont confirmé, vendredi 21 juin, l'ouverture prochaine de négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie, a annoncé la présidence belge du Conseil de l'UE. Les ministres des Finances ont adopté le cadre de négociations avec ces deux pays candidats, confirmant un accord de principe de leurs ambassadeurs à Bruxelles trouvé la semaine dernière. Cet accord ouvre la voie à l'ouverture formelle des négociations dès mardi au Luxembourg.

"Nous attendons avec impatience la semaine prochaine, le 25 juin, lorsque l'Ukraine et l'UE tiendront leur première conférence intergouvernementale, ce qui marquera le début effectif du processus de négociation", a salué le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. "Des millions d'Ukrainiens (…) sont en train de réaliser leur rêve européen", a-t-il lancé.

Une étape freinée par la Hongrie

Les chefs d'Etat et de gouvernement avaient ouvert la voie à de telles négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie, deux anciennes républiques soviétiques, à la mi-décembre 2023. Mais la Hongrie freinait jusque-là l'ouverture formelle des négociations avec l'Ukraine, jugeant que les conditions n'étaient pas réunies. 

La Commission européenne a estimé, le 7 juin, que l'Ukraine et la Moldavie avaient rempli toutes les conditions préalables à une ouverture de négociations formelles. L'exécutif européen avait réclamé de Kiev des mesures pour lutter contre la corruption et l'emprise des oligarques. La Commission avait également demandé une meilleure prise en compte des minorités, une mesure réclamée avec insistance par Budapest, en raison de la présence en Ukraine d'une communauté hongroise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.