REPLAY. Présidence française de l'UE : retrouvez l'intégralité du discours d'Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat a détaillé jeudi face à la presse ses idées pour réformer les accords de Schengen et mieux réguler les géants du numérique, notamment.

Ce qu'il faut savoir

"Beaucoup de blabla" mais "rien de concret", par exemple sur les "pesticides", a regretté le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, sur France 2, après le discours d'Emmanuel Macron sur la présidence française de l'Union européenne (PFUE), jeudi 9 décembre. "Plutôt que de démarrer sur la peur de l'Europe face à l'immigration, j'aurais aimé que le président de la République nous parle d'investissements, de climat", a-t-il ajouté, rappelant que la France, qui présidera le Conseil de l'UE à partir du 1er janvier (et pour six mois), avait été condamnée par la justice pour ses manquements en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

>> Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse d'Emmanuel Macron sur la présidence française de l'UE

L'Union européenne comme "puissance du numérique". La France poussera à la création de fonds européens pour financer les start-up et autres "acteurs du numérique" en mobilisant les "investisseurs institutionnels".

 Réformer Schengen. Le chef de l'Etat a plaidé pour une Europe qui "sache protéger ses frontières" face aux crises migratoires, en esquissant une série de réformes dont celle de l'espace Schengen. "Protéger nos frontières est une condition indispensable, à la fois pour assurer la sécurité des Européens, pour relever le défi migratoire et éviter les drames que nous avons vécus", a expliqué le président français.

Concomitance avec l'élection présidentielle. Le chef de l'Etat a affirmé sa détermination à faire que cette présidence de six mois s'avère "utile" même si elle va percuter de plein fouet la campagne pour la présidentielle d'avril et les législatives de juin. Selon lui, cette coïncidence ne pose pas de problème.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UE

20h40 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

Emmanuel Macron a présenté les objectifs de la présidence française de l'Union européenne (PFUE). Il a notamment fait part de sa volonté de créer un "servicecivique européen de six mois ouvert" aux moins de 25 ans. Voici ce qu'il faut retenir de son intervention.

L'ancien nageur Yannick Agnel, double champion olympique aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, a été placé en garde à vue "pour des faits de viol et agression sexuelle sur mineure de 15 ans", a fait savoir la procureure de Mulhouse. La plaignante serait une fille de son ancien entraîneur.

Le gynécologue Emile Daraï, chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris, est définitivement démis de ses fonctions à la tête de ce service. Il est visé par au moins six plaintes pour viol.

Accusé de viol depuis trois ans par l'actrice Sand Van Roy, le cinéaste Luc Besson a obtenu un non-lieu. L'actrice a porté plainte pour faux contre la juge Marie-Claire Nouriel, la magistrate qui a prononcé le non-lieu.

La vigilance orange a été étendue à dix départements du Sud-Ouest et des Alpes pour des risques d'inondations, de crues et d'avalanches.

18h35 : Régulation des Gafam, réforme de l'espace Schengen... Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse d'Emmanuel Macron sur la présidence française de l'UE.

Emmanuel Macron lors de la conférence de presse sur la présidence française du Conseil de l'Union européenne, le 9 décembre 2021 à Paris. (AFP)

(AFP)

18h24 : La conférence de presse d'Emmanuel Macron vient de se terminer. Nous publierons un compte-rendu complet dans les prochaines minutes.

20h42 : Il est l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

Emmanuel Macron a présenté les objectifs de la présidence française de l'Union européenne (PFUE). Il a notamment fait part de sa volonté de créer un "servicecivique européen de six mois ouvert" aux moins de 25 ans. Suivez notre direct.

L'ancien nageur Yannick Agnel, double champion olympique aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, a été placé en garde à vue jeudi "pour des faits de viol et agression sexuelle sur mineure de 15 ans", a fait savoir la procureure de Mulhouse.

Le gynécologue Emile Daraï, chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris, est définitivement démis de ses fonctions à la tête de ce service. Il est visé par au moins six plaintes pour viol.

Accusé de viol depuis trois ans par l'actrice Sand Van Roy, le cinéaste Luc Besson a obtenu un non-lieu. L'actrice a porté plainte pour faux contre la juge Marie-Claire Nouriel, la magistrate qui a prononcé le non-lieu.

La vigilance orange a été étendue à dix départements du Sud-Ouest et des Alpes pour des risques d'inondations, de crues et d'avalanches.

18h32 : "Je l'ai dit et je vous le redis : le mandat que m'ont confié les Français, je l'exercerai jusqu'au dernier quart d'heure. Il y a parfois des choix importants qu'il faut faire quelques semaines ou mois avant la fin d'un mandat."

19h09 : En effet, Emmanuel Macron participera lundi prochain à une réunion avec les Premiers ministres des pays du Visegrad (Pologne, République tchèque, Hongrie et Slovaquie). Il rencontrera le président hongrois, Viktor Orban, et devrait évoquer "les exigences européennes en matière d'Etat de droit et de respect des valeurs européennes", selon l'Elysée.

17h44 : Macron chez Orban avant les élections? Après Le Pen, Zemmour?

21h39 : Emmanuel Macron annonce qu'il sera lundi en Hongrie pour rencontrer le premier ministre Viktor Orban. "C'est un adversaire politique", précise le président. "Nous sommes 27 chefs d'Etat et de gouvernement autour de la table. Quelles que soient nos sensibilités politiques, nos choix, nous devons travailler ensemble pour notre Europe et donc, mon devoir, c'est de porter la voix de la France, de défendre l'intérêt de la France, mais d'aider à construire des compromis utiles pour l'Europe et la France", assure-t-il.

21h38 : La présentation d'Emmanuel Macron est terminée. Débute maintenant la séance de questions-réponses. Le président de la République attend principalement "des questions sur tous les sujets sur l'Europe, évidemment, y compris les sujets que je n'ai pas pu aborder pour parler de notre présidence". "Mais évidemment, s'il y avait quelques questions nationales", il y répondra, sourit-il.

21h37 : "Quand on considère que l'Europe est un acquis, on ne se bat plus pour elle. Quand on oublie que l'Europe est ce qui nous a fait, ce qui nous forge. C'est ce qui nous lie."

21h37 : "Réfléchissons à un service civique européen de six mois ouvert à tous les jeunes de moins de 25 ans. Pour un échange universitaire ou d'apprentissage, un stage ou une action associative. Ce service civique européen, c'est une proposition que nous ont faite les jeunes Européens, qui a été remise au ministre compétent."

17h11 : "2022 sera l'année européenne de la jeunesse", promet Emmanuel Macron.

21h34 : Emmanuel Macron propose de "repenser le cadre budgétaire" de l'Europe jusqu'ici défini par les critères de Maastricht. Avec la crise sanitaire, "nous avons mis entre parenthèses l'application de nos règles budgétaires", déclare-t-il. "Nous devrons revenir à des règles qui seules permettent la convergence de nos économies", "mais nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s'était passé" et "revenir au cadre budgétaire créé au début des années 1990".

21h34 : "Nous agirons aussi pour l'égalité entre les femmes et les hommes avec la directive sur la transparence salariale qui vise à mettre fin aux écarts de salaires entre les femmes et les hommes."

21h33 : Emmanuel Macron annonce que l'UE va avancer sur le projet de "la directive sur les salaires minimums dans l'Union européenne, qui définit non pas un smic européen comme une moyenne, mais tire tous les bas salaires vers le haut grâce à un salaire minimum décent".

17h00 : "Si notre Europe ne protège pas et ne protège pas mieux les plus faibles, si elle laisse prospérer le dumping social, apparaît un marché sans règles où ne se retrouvent plus les classes moyennes et les classes populaires. C'est cette Europe là qui a nourri le Brexit."

21h31 : "L'Europe s'est toujours construite sur ces deux piliers : la compétitivité, la capacité à produire et innover, mais aussi sa capacité à avoir des préférences collectives et des équilibres sociaux."

16h57 : Un sommet entre l'Union africaine et l'Union européenne se tiendra les 17 et 18 février à Bruxelles dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne, a annoncé Emmanuel Macron, afin de "refonder en profondeur" la relation "un peu fatiguée" entre les deux continents.

21h31 : "Ces deux textes [DMA et DSA, évoqués juste avant] seront des priorités sur le volet numérique de la présidence française."

16h57 : Le "Digital Services Act" (DSA) entend lui lutter contre la fraude et les contenus illégaux en ligne. Il imposera aux plateformes de mettre en œuvre des moyens pour modérer les contenus préjudiciables qu'elles hébergent.

16h56 : Emmanuel Macron évoque le "Digital Markets Act" (DMA), qui porte sur les marchés. Il vise à réprimer les pratiques anticoncurrentielles des grands groupes de la Silicon Valley, notamment Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (les "Gafam").

16h53 : Le deuxième pilier annoncé par Emmanuel Macron pour un nouveau modèle de croissance dans l'UE est de "concilier développement économique et ambition climatique". L'objectif principal est de permettre à l'UE d'atteindre la neutralité climatique d'ici à 2050 et à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'UE de 55% d'ici à 2030.

16h53 : Et la 2ème priorité svp ?

16h41 : Pour Cécile Robert, spécialiste des institutions et politiques européennes interviewée dans cet article, "il peut y avoir des transitions au plus haut niveau des institutions" de négociations, "car ce sont des postes en partie politiques". Néanmoins, la majorité des personnes travaillant au sein du SGAE, par exemple, "n'ont pas de raison de bouger", car ce sont "des spécialistes des questions européennes".

16h41 : Bonjour et bravo pour le fil .une question si Mr Macron n'es pas réélu, va t il garder la présidence de l ue ?

16h40 : Le troisième grand axe de cette coopération entre l'Afrique et l'Europe est la sécurité "pour faire face à la montée du terrorisme sur ce continent". "C'est ce que nous faisons dans le cadre justement de nos actions au Sahel", ajoute Emmanuel Macron.

16h39 : Oui, sur notre site, juste après la conférence !

16h39 : Hello FI ! Où est-ce qu'il sera possible de revoir l'intégralité de l'intervention du Président sur la PFUE ?

21h27 : "Sur le climat, nous devons accompagner dans sa transition énergétique et climatique le continent africain. Nous ne pouvons pas laisser les Etats africains sans solution. Leurs défis sont encore plus importants que les nôtres."

16h35 : "Depuis mon mandat, j'ai fait de la relation avec l'Afrique une priorité et je crois en effet profondément que le lien entre nos deux continents qui bordent les deux rives de la Méditerranée est le grand projet politique et géopolitique des décennies à venir."

16h34 : "Le troisième axe de cette Europe souveraine, c'est la stabilité et la prospérité de notre voisinage. Il n'y a pas d'Europe si nous ne décidons pas en Européens d'avoir notre propre stratégie, propre agenda."

16h33 : Voici la séquence dans laquelle Emmanuel Macron présente sa réforme de l'espace Schengen.




21h26 : Bonjour @Lea C'est le chef de l'Etat (ou le chef du gouvernement) du pays qui préside qui gouverne la présidence du Conseil de l'UE.

16h31 : Bonjour. Y a-t-il un président nommément désigné pour diriger ce conseil ? Quel est-il ? Le Président de la république, un ministre, une autre personnalité politique ?

21h26 : "Le deuxième élément-clé d'une Europe souveraine, c'est évidemment d'avancer sur notre politique de défense."

16h27 : Toute personne (ressortissante de l’UE ou d’un pays tiers), une fois entré sur le territoire de l’un des pays de l'espace Schengen, peut franchir les frontières des autres pays sans contrôles. Les vols aériens entre l’espace Schengen sont considérés comme des vols intérieurs.

16h27 : La Bulgarie, la Roumanie, Chypre et la Croatie ne font pas partie de l'espace Schengen.

21h24 : L'espace Schengen est un espace de libre circulation des personnes. Il regroupe 22 des 27 Etats membres de l'UE, plus la Norvège, l'Islande, la Suisse et le Liechtenstein.

16h27 : Emmanuel Macron annonce une réforme de l'espace Schengen "autour de deux priorités". "La première, ce sera la mise en place d'un pilotage politique de Schengen, comme nous l'avons fait pour la zone euro", assure-t-il.

21h24 : "Pour éviter que le droit d'asile, qui a été inventé sur le continent européen, ne puisse être dévoyé, nous devons absolument retrouver une Europe qui sache protéger ses frontières et retrouve, sur la question migratoire, une organisation politique qui nous mette en situation de défendre ses valeurs."

21h21 : "Le premier axe de cette présidence, c'est une Europe plus souveraine, une Europe capable de maîtriser ses frontières", déclare Emmanuel Macron.

16h23 : "S'il fallait résumer en une phrase cette présidence : nous devons passer d'une Europe de coopération à l'intérieur de nos frontières à une Europe puissante. Dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin. C'est ça l'objectif."

18h13 : Emmanuel Macron remercie le Secrétariat général des affaires européennes (SGAE) et la Représentation permanente de la France auprès de l'UE (RPUE). Ces deux instances seront très impliquées dans les négociations lors de la présidence.

16h21 : Clément Beaune enchaîne ensuite avec la présentation d'une nouvelle pièce de deux euros qui a été frappée à Pessac (Gironde). Elle sera en circulation dès le 1er janvier 2022. Elle a été créée par Joaquim Giménez, le graveur général de la Monnaie de Paris.

16h27 : Chaque pays à la tête de la présidence du Conseil de l'UE choisit un logo avant sa gouvernance. Actuellement, la Slovénie a choisi un logo accompagné du slogan "Ensemble, Résiliente, Europe."

Logo du Conseil de l'UE et de la présidence slovène

16h25 : Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, dévoile l'emblème de la présidence française de l'Union européenne.

16h24 : "C'est tout à la fois un rôle qui consiste à pousser évidemment nos priorités, nos ambitions, nos propre agendas, mais également à être les dépositaires d'une forme d'harmonie et d'accords européens qui doivent émerger durablement."

16h13 : "C'est un moment historique", affirme Emmanuel Macron pour débuter de sa prise de parole.

16h12 : Suivez en direct la conférence de presse d'Emmanuel Macron dans laquelle il présente ses priorités pour la présidence française de l'Union européenne.

16h15 : Bonjour @Louison, sur le principe, a priori rien ne s'y oppose, mais cela reste très compliqué car les présidences du Conseil de l'UE se préparent très longtemps à l'avance, et il aurait fallu l'accord des autres pays de l'UE.