Cet article date de plus de dix ans.

Une explosion a fait 12 morts, dont le commandant de la marine, lundi sur une base de l'armée chypriote-grecque

L'accident a été déclenché par des feux de broussailles qui ont provoqué l'explosion d'une cargaison d'armes iranienne saisie en 2009. Le drame a également fait 62 blessés sur la base Evangelos Lorakis, au sud de l'île.Il s'agit du pire accident militaire depuis l'invasion du nord de l'île par la Turquie en 1974.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bâtiments soufflés par une série d'explosions survenue dans une base navale du sud de Chypre (France 2)

L'accident a été déclenché par des feux de broussailles qui ont provoqué l'explosion d'une cargaison d'armes iranienne saisie en 2009. Le drame a également fait 62 blessés sur la base Evangelos Lorakis, au sud de l'île.

Il s'agit du pire accident militaire depuis l'invasion du nord de l'île par la Turquie en 1974.

Le gouvernement a décrété un deuil national de trois jours.

Quasi attenante à l'enceinte militaire, la principale centrale électrique de l'île méditerranéenne a stoppé nette sa production: trois de ses quatre bâtiments principaux ont été fortement endommagés, entraînant sur toute l'île d'importantes coupures d'électricité susceptibles de durer des semaines.

La déflagration a aussi endommagé des véhicules et des bâtiments et soufflé toutes les fenêtres de Zygi, un village de pêche très touristique. Les dégâts ont également été très importants dans le village voisin de Mari, dont les 150 habitants ont été évacués.

L'accident, provoqué par des feux de broussailles partis de la campagne environnante, s'est produit à 5h50 (2h50 GMT) dans un local du camp Evangelos Florakis, où étaient entreposés 98 conteneurs de poudres à canon.

Les munitions iraniennes qui ont explosé avaient été saisies en janvier 2009 sur un navire battant pavillon chypriote qui faisait route vers la Syrie.

Une cargaison qui violait l'embargo sur les armes imposé à l'Iran dans le cadre des sanctions liées au programme nucléaire controversé de Téhéran.

Le commandant de la marine chypriote, Andreas Ioannides, et le commandant de la base, Lambros Lambrou, ont été tués, ainsi que six pompiers et quatre soldats de la Garde nationale chypriote-grecque, selon l'agence officielle CNA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.