Un toit et un mur s'écroulent à Tchernobyl, des personnels évacués

La neige a provoqué l'effondrement d'une zone d'un bâtiment sur lequel s'appuie en partie le sarcophage du réacteur nucléaire accidenté en 1986.

Une photo de la partie du bâtiment de la centrale de Tchernobyl (Ukraine) qui s\'est écroulée sous le poids de la neige, le 13 février 2013. 
Une photo de la partie du bâtiment de la centrale de Tchernobyl (Ukraine) qui s'est écroulée sous le poids de la neige, le 13 février 2013.  (UKRAINIAN STATE INSPECTION FOR NUCLEAR REGULATION / AFP)

Un toit et un mur de la centrale de Tchernobyl se sont écroulés partiellement, a indiqué mercredi 13 février le service de presse du site ukrainien. Les dégâts, survenus la veille, concernent un bâtiment annexe sur lequel s'appuie partiellement le sarcophage en béton qui recouvre les restes du réacteur nucléaire accidenté en 1986.

Cet accident n'aurait pas fait de victimes, indique le service de presse, qui a ajouté que "le niveau de radioactivité à la centrale de Tchernobyl et dans la zone qui l'entoure demeure inchangé". Selon les informations du Monde.fr, les dégâts ont été provoqués par l'accumulation de neige. Au total, une surface de 600 m² de ce bâtiment annexe a été touchée. 

Vinci et Bouygues évacuent leur personnel

Les sociétés Vinci et Bouygues, qui travaillent sur place à la construction d'une nouvelle enceinte de confinement du sarcophage, ont évacué "par précaution" leur personnel du site. Près de 80 personnes sont concernées par cette mesure. Le groupe Bouygues, contacté par Le Monde.fr, confirme l'incident mais précise que le bâtiment concerné est "conventionnel", et "ne dégage pas de rayonnement en soi". "Il abrite des turbines de l'ancien réacteur numéro 4", indique encore le constructeur.

"Le chantier de la nouvelle arche, situé à seulement 150 mètres de ce bâtiment, a néanmoins été immédiatement arrêté (...), une dissémination dans l'atmosphère des poussières radioactives présentes sur ces structures étant toujours possible", précise Le Monde.fr.