Un réseau européen de proxénétisme démantelé

Deux Français ont été interpellés à Evry (Essonne) et quatre Slovaques écroués dans leur pays, a-t-on appris mardi soir

(archives)
(archives) (© France)
Deux Français ont été interpellés à Evry (Essonne) et quatre Slovaques écroués dans leur pays, a-t-on appris mardi soirDeux Français ont été interpellés à Evry (Essonne) et quatre Slovaques écroués dans leur pays, a-t-on appris mardi soir

Les Français, âgés de 44 et 19 ans, et les Slovaques, âgés de 21 à 28 ans, sont suspectés d'être mêlés à un gros réseau européen de proxénétisme et d'"escort girls" par internet.

Le cerveau du réseau, un Suisse allemand de 32 ans déjà recherché en Hongrie et en Italie pour "proxénétisme aggravé", fait l'objet d'un mandat d'arrêt international.

En Europe, "7.500 filles et transsexuels" sont référencés sur ce site, considéré comme "le plus gros site européen d'escort girls", et qui rapportait 3 millions d'euro par mois à l'organisation, Thierry Chollet, commissaire principal à la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP) de Clermont-Ferrand.

Une enquête lancée début 2008

L'enquête a débuté en janvier 2008 à Clermont-Ferrand, lorsque les policiers constatent qu'un "certain nombre d''escort girls' effectuent des tournées de villes dans toute la France dans des hôtels 3 étoiles".

Originaires pour la plupart d'Europe de l'Est ou d'Europe centrale, les jeunes femmes très séduisantes expliquent aux enquêteurs "être référencées sur un site internet ( www.escort-annonces.com )", moyennant 200 à 900 euros de droit d'inscription mensuel. Sur le site ouvert en 2004, les policiers découvrent les fiches de 1.700 jeunes femmes - dont 20% de Françaises - offrant leurs services en France pour 250 à 700 euros de l'heure, avec leur photo et leurs pratiques sexuelles.

Les enquêteurs ont interrogé 150 filles, à Lyon, Marseille, Toulouse ou Paris, avant de pouvoir remonter à l'ordinateur central en Slovaquie, à Bratislava. En mars 2008, le parquet de Clermont-Ferrand a ouvert une information judiciaire et saisi la sécurité publique, la police judiciaire de Clermont et l'Office central de répression de la traite des êtres humains de la Direction centrale de la police judiciaire de Nanterre.

Le 23 juin dernier, l'organisateur du trafic en France, un homme de 44 ans surnommé "Karl" et décrit comme un "accroc du sexe", était interpellé à Evry (Essonne), ainsi qu'un informaticien de 19 ans, soupçonné d'avoir d'avoir ouvert 65 sites personnels pour les filles. Ils ont été mis en examen pour "proxénétisme aggravé, traite des êtres humains et association de malfaiteurs, et le premier a été écroué à Clermont-Ferrand.

Le même jour, quatre autres personnes étaient interpellées et écrouées en Slovaquie: un homme de 25 ans, gérant d'une société écran qui gérait le site internet, un ingénieur informaticien de 28 ans, ainsi qu'un homme de 26 ans et une femme de 21, chargés de récolter l'argent envoyé par les filles. Ils devraient être extradés vers la France dans les deux mois pour y être jugés.