Un policier abattu en Irlande du Nord

Un policier a été tué par balle lors d’une patrouille hier soir en Ulster. L’attaque, revendiquée par les dissidents de l'IRA-Continuité, survient deux jours après le meurtre de deux soldats britanniques.

(Radio France © France Info)

C’est au tour de la police d’être visée en Irlande du Nord. Un policier a été tué hier soir lors d’une embuscade en Ulster, dans une localité au sud-ouest de Belfast. Un incident qui survient seulement deux jours après le meurtre de deux soldats britanniques dans leur caserne au nord-ouest de Belfast, revendiqué par l’IRA-véritable. Un regain de tension dans la province qui n’avait pas connu de pareils événements depuis douze ans.

L'attaque, dont la responsabilité a été revendiquée par un groupuscule dissident de l'Armée Républicaine Irlandaise, l'IRA-Continuité, a été perpétrée dans le quartier à majorité catholique de Lismore Road à Craigavon. La patrouille à laquelle appartenait le policier tué effectuait une enquête sur des activités suspectes dans la localité, quand elle a été la cible de plusieurs coups de feu.

Au cœur des tensions, l’affrontement entre communautés religieuses est latent. Dores Kelly, une responsable politique catholique n’hésite pas à parler d’une nouvelle spirale de tueries en Irlande du Nord si les extrémistes protestants décidaient à leur tour de riposter à ces attaques d'éléments dissidents du camp républicain. Jusqu'au cessez-le-feu de 1994, les protestants tuaient des catholiques en réponse aux attaques de l'IRA contre les forces de sécurité.

“Nous ne pouvons pas laisser une poignée de gens qui n'ont rien à dire et rien à proposer détruire autant” a affirmé Mme Kelly, membre de la commission mixte catholiques-protestants qui supervise les forces de polices dans la province.

Cette nouvelle montée de violence pèse sur le Sinn Fein, la branche politique de l'IRA, qui a choisi de partager le pouvoir en Irlande du Nord avec ses anciens adversaires nationalistes protestants. Les protestants demandent aux dirigeants de Sinn Fein d’informer la police sur l’endroit où se cachent les éléments les plus durs de l'IRA-véritable.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown s'est rendu hier dans la province. Déterminé, il a affirmé que l'IRA-véritable n'aurait pas raison du processus de paix nord-irlandais désormais “inébranlable”, ni du gouvernement bi-confessionnel. “Ce que le peuple d'Irlande du Nord est en train de construire ensemble, personne, aucun assassin, aucun terroriste ne pourra le détruire”, a indiqué le Premier ministre.

Mikaël Ponge, avec agences