Un lâcher de taureaux fait un mort

Un espagnol est décédé vendredi après avoir été encorné lors du quatrième lâcher de taureaux des fêtes à Pampelune

Daniel Jimeno Romero, 27 ans, est la quinzième personne tuée depuis 1911 lors de ces "encierros" courus chaque matin pendant les fêtes de la San Fermin dans la ville de Pampelune, capitale historique du Pays basque.

L'homme a été encorné dans le cou, puis la corne du taureau "Capuchino" de l'élevage Jandilla, a glissé pour toucher aorte et poumons.

Les images diffusées par les télévisions espagnoles montrent le jeune homme, originaire d'Alcala de Henares dans la banlieue de Madrid, au sol, le cou en sang et visiblement inconscient, juste après le passage des taureaux.

Le dernier décès remontait à septembre 2003, lorsque qu'un coureur espagnol expérimenté était décédé après avoir passé deux mois et demi dans le coma à la suite d'un grave traumatisme crânien provoqué par une chute. La précédente victime, un Américain de 22 ans, remontait à 1995.

La mairie a multiplié ces dernières années les mesures de sécurité pour empêcher que des jeunes hommes trop ivres et fatigués de leur nuit blanche ne prennent le départ mais les fêtes de Pampelune connaissent un grand succès dans le pays mais aussi à l'étranger surtout auprès des touristes anglo-saxons et français.

Sur les traces d'Hemingway
Beaucoup de Britanniques, Américains, Canadiens ou Australiens ne vont en Espagne que pour ces festivités afin de suivre les traces de l'écrivain américain Ernest Hemingway qui s'était immergé pour la première fois dans ces fêtes en 1923, lorsqu'il était reporter pour le Toronto Star.

En visitant Pampelune plusieurs années de suite, courant lui-même devant les taureaux et publiant le récit de ses séjours, il a fait une grande publicité aux fêtes de la San Fermin, qui le considèrent comme leur "messager universel".

Les organisateurs lui ont rendu hommage jeudi, avec une cérémonie sur l'avenue qui porte son nom, pour commémorer les 50 ans de sa dernière visite en 1959.
Voir la vidéo de l'accident

Les " Sanfermines "

Du 6 au 14 juillet, les fêtes de la Saint-Firmin donnent lieu à de bruyantes réjouissances populaires. Une atmosphère de liesse règne alors dans la ville qui voit doubler le nombre de ses habitants. De nombreuses attractions sont proposées aux Navarrais et aux touristes : concerts de musique folklorique, de jazz, de txistu (flûte basque à trois trous), bals, procession de la statue de Saint Firmin, etc...

De grandes courses de taureaux sont organisées mais la manifestation la plus spectaculaire et la plus prisée des Pamplonicas reste l"encierro qui a lieu tous les matins à 8 h. Les taureaux qui combattront le soir même sont lâchés dans les rues suivant un itinéraire précis, long de 800 m, qui les mène aux arènes en quelques minutes. Les jeunes gens vêtus de blanc avec foulard et ceinture rouges et vestes de différentes couleurs vont à la rencontre des puissants taureaux fonçant toutes cornes en avant, et se mettent à courir devant eux.