Ukraine : nouvelle mobilisation, l'UE suspend les négociations

Environ 200.000 opposants pro-européens se sont rassemblés dimanche sur la place de l'Indépendance dans le centre de Kiev, où ils protestent depuis près d'un mois contre la volte-face du président ukrainien sur l'intégration européenne au profit de la Russie. L'Union européenne a de son côté annoncé la suspension des négociations commerciales.

(Marco Djurica Reuters)

Vers 10h GMT (11h heure française), environ 200.000 opposants au président Ianoukovitch étaient déjà rassemblés sur la place Maïdan, au centre de Kiev, bravant le froid. La place était noire de monde et les manifestants continuaient d'affluer pour cette nouvelle manifestation de masse organisée après celles des deux dimanches précédents qui avaient mobilisé des centaines de milliers de manifestants.

Le sénateur républicain et ancien candidat à
la présidentielle américaine, John McCain, présent en Ukraine ce dimanche, a déclaré aux centaines de milliers d'opposants pro-européens à Kiev qu'ils avaient le
soutien des Etats-Unis.
"L'Amérique est avec vous! ", a-t-il lancé depuis la scène sur la place de
l'Indépendance.

Samedi, il rencontré l'un des leaders du mouvement d'opposition, l'ancien boxeur Wladimir Klitschko, a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

La manifestation de ce dimanche répond à celle organisée samedi par les partisans du président ukrainien. Selon la police, autour de 60.000 personnes s'étaient alors rassemblées. Mais selon plusieurs journalistes présents sur place, ils étaient beaucoup moins nombreux. Le reporter de France Info estimait leur nombre à 15.000 à 20.000, et certains d'entre eux ont expliqué avoir été payés pour manifester.

Troisième grosse manifestation

Cette mobilisation monstre est la troisième de ce type après celles des deux dimanches précédents qui avaient mobilisé des centaines de milliers de manifestants vent debout contre le refus fin novembre du président ukrainien de signer un accord d'association avec l'Union européenne, pourtant en préparation depuis trois ans, et ses tentatives de rapprochement avec la Russie.

L'opposition ne faiblit pas depuis le mois de novembre, malgré le geste de conciliation samedi du président Ianoukovitch. Ce dernier a révoqué deux hauts responsables, dont le maire de Kiev, pour avoir ordonné la dispersion violente de la manifestation du 30 novembre qui a fait des dizaines de blessés dont de nombreux étudiants. L'opposition a jugé cette décision "pas suffisante " et réclame la démission du ministre de l'Intérieur Vitali Zakhartchenko et du Premier ministre Mykola Azarov.

La semaine dernière, 250.000 à 300.000 personnes avaient défilé place de l'Indépendance, également appelée place Maïdan, dans le centre de Kiev. Les manifestants protestent toujours contre le revirement du gouvernement qui a décidé d'abandonner un accord d'association avec l'Union européenne.

Un vidéo de la mobilisation a été tournée à l'aide d'un drone : 

Suspensions des négociations commerciales

L'Union européenne a de son côté annoncé, ce dimanche, la suspension des négociations avec l'Ukraine en vue de la conclusion d'un accord d'association et de libre-échange en jugeant l'engagement du gouvernement de Kiev "sans consistance ".

A LIRE AUSSI ►►► Pourquoi l'Ukraine dit non à l'Europe

Le commissaire européen chargé de l'Élargissement, Stefan Füle, a indiqué sur son compte Twitter qu'il avait prévenu la semaine dernière le premier vice-Premier ministre ukrainien Serhiy Arbouzov que les négociations ne pourraient se poursuivre que si Kiev s'engageait clairement à signer l'accord.

Le gouvernement ukrainien n'a pas répondu à cette demande et les discussions ont par conséquent été "suspendues ", a-t-il ajouté.