Cet article date de plus de sept ans.

Ukraine : mère porteuse pour arrondir les fins de mois

En Ukraine, la loi n'encadre pas les fécondations in vitro (FIV), ce qui fait de ce pays une plaque tournante du business mondial de la procréation assistée. Certaines cliniques ne sont pas trop regardantes sur la nationalité des demandeurs. Ces établissements acceptent de passer des contrats avec des couples alors même que leur pays d'origine (la France par exemple) interdit cette pratique.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Ukraine est après l'Inde le second pays pour la médecine reproductive. (FTVI)
L'Ukraine est le deuxième Etat au monde pour la médecine reproductive. L'équipement ultra performant des cliniques privées est amorti en accueillant une clientèle étrangère.

La corruption endémique, qui permet de tout faire en Ukraine, offre une place de choix aux établissements les moins scrupuleux. Résultat: les dérapages sont fréquents. Parfois, des parents refusent l'enfant. D'autre fois, le bébé ne peut quitter le pays.

Officiellement, il y aurait chaque année 150 cas de mère porteuse dans le pays. Mais ce chiffre est fourni par une association qui parle seulement des cliniques qui lui sont affiliées.

Le recours à cette technique de procréation se fait grace à des agences spécialisées. Elle propose aux futurs parents des catalogues sur internet pour faire leur choix. Les candidats à la parentalité débourseront autour de 50.000 dollars. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.