Cet article date de plus de six ans.

Ukraine : le respect du cessez-le-feu "globalement satisfaisant"

C'est le constat fait par le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko. Mais les bombardements ont continué autour de la ville stratégique de Debaltseve.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (L'aéroport détruit de Donetsk © RF/ Cécilia Arbona)

Les observateurs de l'OSCE n'ont pas pu ce dimanche pénétrer dans Debaltseve. Et c'est bien cette ville considérée comme stratégique qui reste "le point le plus chaud " pour reprendre le terme d'un porte-parole militaire ukrainien, Anatoli Stermakh. Les rebelles séparatistes auraient aussi tenté à trois reprises de s'emparer du village de Tchornoukhine, situé cinq km à l'est de Debaltseve.

Cécilia Arbona qui a pu rejoindre l'aéroport totalement détruit de Donetsk a rencontré des séparatistes "qui ne prennent pas en considération le cessez-le-feu pour les sites militaires ou administratifs". 

"Oui la guerre continue" (un séparatiste à écouter dans ce reportage de Cécilia Arbona)
écouter
"Nous et les forces armées ukrainiennes respectons pleinement le régime de cessez-le feu mais malheureusement, nous avons subi en réponse 112 attaques dans les dernières 24 heures de la part des terroristes de Donetsk et de Lougansk ", a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine ce lundi.

Sur la base de ce constat, Kiev n'envisage pas de retirer ses armes lourdes comme le prévoient les accords de Minsk. "Comment peut-on retirer les armes si les rebelles tentent de nous attaquer avec des chars et qu'ils tirent sur nous en permanence? " a réagi un porte-parole ukrainien Vladislav Selezniov.

Nouvelles sanctions contre la Russie, "absurdes" pour Moscou

L'union européenne a appelé lundi à faire taire les armes pour de bon. "Il semble que le cessez-le-feu tienne largement malgré un certain nombre d'incidents ", a commenté Maja Kocijancic, porte-parole du service diplomatique de l'UE. "Il est impératif que le cessez-le-feu soit pleinement mis en oeuvre ", a-t-elle ajouté, martelant : "un cessez-le-feu est un cessez-le-feu, ce qui signifie que les tirs doivent cesser ". 

En parallèle, l'UE a publié lundi une nouvelle liste de personnalités visées par des sanctions en raison de leur rôle dans le conflit ukrainien. Sur cette liste figure notamment le premier vice-ministre russe de la Défense, Arcady Bakhine, et le vice-ministre de la défense Anatoly Antonov. La réaction russe n'a pas tardé : "Nous soulignons l'incohérence et le caractère illogique (des sanctions) : à chaque fois qu'il y a de l'espoir concernant le règlement de la crise ukrainienne intérieure, Bruxelles s'empresse d'introduire de nouvelles restrictions antirusses ", a annoncé le ministère russe dans un communiqué. 

Moscou assure qu'elle saura trouver une réponse adéquate à une mesure qu'elle juge totalement inappropriée, Caroline Larson
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.