Cet article date de plus de huit ans.

Ukraine : l'aéroport de Simféropol contrôlé par des hommes armés

Alors que des hommes armés pro-russes se sont emparés ce jeudi des sièges du parlement et du gouvernement de la république de Crimée, des hommes armés, non identifiés, sont arrivés ce vendredi matin sur le site de l'aéroport de Simféropol. Mais l'aéroport serait toujours ouvert.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (David Mdzinarishvili Reuters)

Un aéroport, c'est un site stratégique. Le contrôler, c'est contrôler le décollage et surtout l'arrivée des avions, éventuellement militaires. 

Ce jeudi, le président ukrainien par intérim avait mis en état d'alerte l'armée et les forces spéciales. L'ex-président Ianoukovitch avait lui ordonné l'intervention de l'armée ukrainienne contre le nouveau pouvoir de Kiev. L'armée qui n'a semble-t-il pas bougé, ni dans un sens ni dans l'autre. Mais tous les bâtiments officiels sont désormais aux couleurs de la Russie et plus à celles de l'Ukraine.

Ce matin une cinquantaire d'hommes armés ont donc pénétré dans l'aéroport de Simféropol, la capitale de la Crimée. Mais ils l'ont laissé fonctionner normalement. Tout en patrouillant à l'extérieur où ils ont été rejoints par des civils.

"Nous sommes tous des volontaires, présents pour ne pas permettre l'atterrissage de fascistes ou de radicaux venant de l'ouest de l'Ukraine", a déclaré l'un d'entre eux, un ancien officier de police.

La situation du parlement régional n'est pas plus claire. Impossible de dire ce matin si les hommes armés qui se sont emparés de ce bâtiment jeudi matin sont toujours là. Mais leur intervention n'a pas empêché la réunion des élus en session pour voter l'organisation d'un référendum sur la "souveraineté" de la Crimée le 25 mai, le jour où doit se tenir l'élection présidentielle pour élire le successeur de Viktor Ianoukovitch. A moins justement que la présence de ces hommes armés pro-russes explique ce vote.

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.