Trente ans après Tchernobyl, la sécurité des centrales nucléaires vous semble-t-elle adaptée ?

Le 26 avril 1986 survenait la pire catastrophe de l'histoire du nucléaire civil.

La centrale nucléaire de Civaux ( Vienne), le 25 avril 2016.
La centrale nucléaire de Civaux ( Vienne), le 25 avril 2016. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)
C'était il y a trente ans, jour pour jour. Le 26 avril 1986, le cœur de la centrale ukrainienne de Tchernobyl entrait en fusion, faisant des milliers de morts et contaminant une partie de l'Europe. Soit la pire catastrophe de l'histoire du nucléaire civil.

Trois décennies plus tard, des interrogations subsistent. La sécurité nucléaire n'est jamais un "acquis", a rappelé mardi 26 avril le secrétaire général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). "Les accidents peuvent ignorer les frontières et une coopération internationale efficace en matière de sécurité nucléaire est vitale, a-t-il insisté. Un accident grave peut se produire même dans un pays technologiquement avancé et au programme nucléaire mature."

L'organisation Greenpeace avait déjà mis en garde, il y a quelques jours, contre un risque nucléaire accru du fait du vieillissement du parc mondial, en particulier en Occident où la majorité des centrales ont été conçues dans les années 1960 et 1970. "Nous avons atteint la phase d'usure de la majorité des réacteurs dans le monde", notamment en France, a expliqué Shawn-Patrick Stensil, un expert nucléaire de l'ONG écologiste. D'autant que ces réacteurs ont été construits avant que le risque de terrorisme nucléaire "ait même été pensé".

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Trente ans après Tchernobyl, la sécurité des centrales nucléaires vous semble-t-elle adaptée ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo