Nucléaire : comme la Russie, la France a déjà nié le passage d'un nuage radioactif

Après avoir nié, la Russie a avoué qu'un nuage radioactif a survolé l'Europe au début du mois d'octobre. Les hésitations de la Russie rappellent celles de la France en 1986.

CORNET LAVAU Géraldine BASSE Paul

La Russie a reconnu lundi être à l'origine d'une pollution radioactive qui a survolé l'Europe. Un nuage qui rappelle celui de Tchernobyl. En 1986, la France niait toute contamination. La présentatrice météo d'Antenne 2 disait en 1986 : "En France l'anticyclone des Açores s'est développé. La météo affirme qu'il restera jusqu'à vendredi prochain suffisamment puissant pour offrir une véritable barrière de protection. Il bloque en effet toutes les perturbations venant de l'Est".

"Mesures négatives"

Interrogé sur Antenne 2 en 1986, François Cogne, directeur de l'Institut de protection nucléaire, assurait : "Des mesures de radioactivité sont faites en permanence. Ces mesures sont tout à fait négatives. Il n'y a aucune raison que quoi que ce soit, de par les conditions météorologiques elles-mêmes, soit mesuré en France".

Un scientifique tend un compteur Geiger près de la zone d\'exclusion de Tchernobyl, en Ukraine, le 1er décembre 2016.
Un scientifique tend un compteur Geiger près de la zone d'exclusion de Tchernobyl, en Ukraine, le 1er décembre 2016. (FABIEN BRUGGMANN / BIOSPHOTO / AFP)