VIDEO. Pourquoi y a-t-il autant de séismes dans le centre de l'Italie ?

Une série de tremblements de terre a à nouveau frappé le pays, mercredi 18 janvier.

Voir la vidéo
avatar
Kocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Italie à nouveau frappé par les éléments. Une série de secousses allant jusqu'à une magnitude 5,7 a frappé le centre du pays, mercredi 18 janvier. Les quatre secousses principales ont été nettement ressenties à Rome et dans une grande partie de la péninsule.

Quelques heures après cette série de tremblements de terre, dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 janvier, une avalanche meurtrière a enseveli un hôtel, à Rigopiano, une station de ski située à une cinquantaine de kilomètres d'Amatrice, un village déjà meurtri par un séisme qui avait fait 298 morts en août 2016. En novembre, deux nouvelles secousses avaient à nouveau frappé la région.

La rencontre de deux plaques sismiques

Pourquoi l'Italie est-elle en proie à des séismes aussi réguliers ? La plaque tectonique africaine plonge sous la plaque eurasienne au large de l'Italie, comme l'explique le Guardian (en anglais). La chaîne de montagnes des Apennins, qui parcourt le pays du Nord au Sud, est constituée d'un réseau de petites failles sismiques, qui s'écartent pour supporter les mouvements des grandes plaques. Ce sont ces mouvements qui provoquent des tremblements de terre dans la région.

Les saccades sismiques "sont localisées dans cette zone pour le moment, mais bien d'autres endroits en Italie sont exposés à des risques sismiques", avait expliqué à franceinfo, en novembre dernier, Lucilla Benedetti, paléosismologue du Centre de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement (Cerege), basé à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Le village d\'Amatrice, dans la région du Latium (centre de l\'Italie), est régulièrement secouée par des séismes. Ici, le 19 janvier 2017. 
Le village d'Amatrice, dans la région du Latium (centre de l'Italie), est régulièrement secouée par des séismes. Ici, le 19 janvier 2017.  (ANDREAS SOLARO / AFP)