Cet article date de plus de cinq ans.

Secours, reconstruction... En Italie, les villages ravagés s'organisent après le séisme

Le puissant séisme qui a frappé tôt le 24 août le centre de l'Italie a fait au moins 247 morts, selon la protection civile. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des secouristes fouillent les décombres à Pescara del Tronto (Italie) après un séisme, le 24 août 2016. (REMO CASILLI / REUTERS)

"Nous allons avoir besoin d'aide matérielle parce que nous sommes complètement isolés", explique le maire d'Accumoli, Stefano Petrucci, cité par le journal italien La Stampa (article en italien). "Nous avons dû mettre en place de nombreuses tentes" pour que les survivants puissent dormir. 

Un séisme de magnitude 6,2 a frappé le centre de l'Italie le 24 août, faisant au moins 247 morts et des dizaines de bâtiments détruits. Dans une ambiance chaotique, les secours s'organisent. 

Les secours tentent de retrouver les survivants 

Le temps est compté. Dans les villages touchés par le séisme, de jour comme de nuit, des dizaines de secouristes mobilisés n'ont pas cessé de fouiller les tonnes de décombres dans l'espoir de retrouver des survivants. Le 25 août, les recherches continuaient. La protection civile n'a pas donné d'indication sur le nombre de disparus. 

Mais l'inquiétude grandit au fur et à mesure que les heures passent. "On n'arrête pas jusqu'à ce qu'on ait retrouvé toutes les victimes. Notre espoir, c'est de les retrouver vivants, mais nous n'en sommes pas sûrs. Nous ne savons pas combien de temps une personne peut survivre sous les décombres", explique ainsi à Europe 1 un pompier italien. 

A Pescara del Tronto, un des villages les plus touchés par le séisme, "les chiens ne reniflent plus la présence de personnes survivantes dans les décombres", a déclaré le maire au journal italien La Repubblica (en italien). Dans une partie de la commune, les recherches ont dû être suspendues à l'aube après un risque d'effondrement. 

Les habitants s'organisent

Dans les communes les plus touchées d'Accumoli, d'Amatrice et d'Arquata del Tronto, des quartiers entiers ont été détruits. Et de nombreux habitants, obligés d'évacuer, se sont retrouvés à dormir dehors, malgré des températures dépassant tout juste les 10°C. 

A Amatrice, l'une des communes les plus touchées par le drame avec Accumoli et Arquata del Tronto, 350 habitants qui ont survécu au séisme ont passé la nuit dans un campement installé par la protection civile. Les enfants et les personnes âgées ont été placées dans un gymnase. Les autres ont dormi sous des tentes, ou encore dans des voitures. Pour les habitants touchés par le drame, des logements d'urgence ont été installés dans d'autres villages en partie épargnés par la catastrophe. Dans les villages de Pescara del Tronto et Amatrice, des quartiers entiers ont été détruits. 

Tiziano de Carolis, bénévole de la protection civile italienne, explique ainsi que "la plupart [des personnes réfugiées] sont des personnes âgées, des personnes qui ne peuvent pas marcher, d'autres qui ont besoin de protection, des enfants par exemple." 


De nombreuses personnes se sont réfugiées à l'intérieur du gymnase à Amatrice en Italie.
APTN

Le gouvernement débloque des crédits pour la reconstruction

"Maintenant, nous devons essuyer nos larmes, et la crédibilité et l'honneur viendront en assurant une véritable reconstruction," a assuré le chef du gouvernement, Matteo Renzi, en visitant les lieux de la tragédie, (...) à partir de demain nous allons travailler pour donner un avenir à ces territoires." 

Un Conseil des ministres se tiendra dans la journée pour mettre en place des mesures d'aide aux communes touchées par la catastrophe. Il a d'ores et déjà annoncé que 50 millions d'euros seraient débloqués pour les reconstructions, comme le rapporte le journal italien Corriere della Serra (en italien). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Séisme en Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.