Record d'abstention en France

Les électeurs français se sont abstenus en masse dimanche, inscrivant un nouveau record d'abstention dans l'histoire des élections européennes qui mobilisent traditionnellement peu.

(Radio France © France Info)

59,52%. C'est le chiffre de l'abstention en France, selon le ministère de l'Intérieur. Le précédent record de 57,21% établi en 2004 est pulvérisé. La participation a cependant été plus importante que ne le laissaient penser les sondages, dont certains avaient annoncé jusqu'à 62% d'abstention.

Sans surprise, c'est en Ile-de-France que les électeurs se sont le moins déplacés, les meilleures mobilisations étant enregistrées dans le Centre, l'Ouest et le Sud-Ouest.

Ce nouveau record confirme la longue histoire de désaffection des Français pour une élection dont ils peinent à comprendre les enjeux européens. Depuis la première élection du Parlement de Strasbourg en 1979, pour laquelle 61% des électeurs s'étaient déplacés, les chiffres de la participation n'ont quasiment jamais cessé de diminuer. La campagne, jugée terne, n'a pas pu inverser la tendance.

Les sujets européens sont restés absents du discours des principaux candidats. L'UMP, qui proclamait être le seul parti à parler d'Europe, s'est souvent contenté de célébrer les résultats obtenus en 2008 lors de la présidence française de l'Union, avançant des propositions très générales. Même si certains des autres concurrents ont plus mis en avant leurs propositions, la plupart ont passé beaucoup de temps à dénoncer la politique de la majorité et celle de Nicolas Sarkozy, mettant en avant des enjeux nationaux qui ne se sont pas révélés beaucoup plus mobilisateurs.

Cette abstention très forte, particulièrement marquée pour les européennes, ne se retrouve pas lors de tous les scrutins. En 2007, le second tour de la présidentielle avait bien plus mobilisé, avec 84% de participation.