Rappel à l'ordre de Bruxelles : Renzi menace, Hollande dédramatise

Cinq pays de l''Union européenne, la France, l'Italie, l'Autriche, la Slovénie et Malte, ont reçu un courrier de la Commission européenne critiquant leur budget. Les deux premiers ont réagi de façon différente.

(Matteo Renzi et François Hollande n'ont pas réagi de la même façon à la lettre de Bruxelles © REUTERS | Alessandro Garofalo)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

 "Avec la Commission nous dialoguons par la voie téléphonique, pas encore par la voie de tweets, et par la voie épistolaire " s'est amusé François Hollande avant de parler d'un courrier "très banal " qu'on "peut ne pas publier ". Le président français a assuré que cétait une lettre "qui demandait simplement de l'information, qui demandait à poursuivre le dialogue".

Et il a assuré que la France n'irait pas au-delà des 21 milliards d'euros d'économies prévus dans son budget 2015, "il n'y aura pas de modifications sur ce point".

 

La lettre de Bruxelles ? Une lettre "très banale" qu'on "peut ne pas publier (François Hollande)
--'--
--'--

Impossible donc de savoir si la lettre adressée à la France ressemble à celle que l'Italie a reçue. Et qui a mis en colère le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi. Une lettre qu'il a rendue publique et dans laquelle la Commission européenne pointe une "déviation importante" en terme d'objectifs budgétaires. Et  lui demande d'expliquer d'ici à vendredi les raisons de ce dérapage et les mesures que le gouvernement entend prendre pour y remédier.

Piqué au vif, Matteo Renzi a menacé d'une riposte : "Nous allons publier les données sur tout ce qui est dépensé par ces palais. On va bien s'amuser".