Cet article date de plus de dix ans.

Quelque 20.000 personnes se sont recueillies lundi au mémorial de Potocari en mémoire aux victimes de Srebrenica

Les forces serbes de Bosnie y avaient tué 8.000 hommes musulmans, adultes et adolescents, en juillet 1995. Massacre qualifié de génocide par la justice internationale."Avec le temps, les autres plaies se refermeront peut-être mais jamais Srebrenica", a déclaré le leader des musulmans de Bosnie Bakir Izetbegovic avant l'inhumation de 613 dépouilles.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une Bosniaque se recueille sur la tombe d'un proche dans le cimetière de Potocari, près de Srebrenica (11 juillet 2011). (ANDREJ ISAKOVIC / AFP)

Les forces serbes de Bosnie y avaient tué 8.000 hommes musulmans, adultes et adolescents, en juillet 1995. Massacre qualifié de génocide par la justice internationale.

"Avec le temps, les autres plaies se refermeront peut-être mais jamais Srebrenica", a déclaré le leader des musulmans de Bosnie Bakir Izetbegovic avant l'inhumation de 613 dépouilles.

Ce massacre est le plus important commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

"Il n'y a pas de mots pour expliquer ce mal inexplicable et irrationnel, une haine sans limite à l'égard de personnes dont la seule faute était d'être des musulmans", a encore dit Bakir Izetbegovic qui est le membre musulman de la présidence collégiale de Bosnie. Il a néanmoins relevé que les Balkans avaient "enfin des leaders prêts à affronter le passé".

Il s'est félicité que le président serbe Boris Tadic ait rempli sa promesse faite l'année dernière à Srebrenica, à l'occasion du 15e anniversaire du massacre, d'arrêter Ratko Mladic, l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie.

"Il y a seize ans, un génocide a été commis à Srebrenica (...) Un crime que l'Europe ne pensait ne plus jamais pouvoir se reproduire sur son sol" après les atrocités de la Seconde guerre mondiale, a déclaré pour sa part le président croate, Ivo Josipovic. "Mais on a vu que le mal a été à ce moment-là plus fort que la mémoire de l'homme", a-t-il ajouté.

Dans les allées du cimetière de Potocari, où reposent déjà quelque 4.500 victimes, parents et proches se sont perdus parmi les stèles blanches, à la recherche de celles de leurs disparus.

Beaucoup ont espéré plusieurs années durant de pouvoir reconstituer la dépouille de leurs proches dont il ne reste plus parfois que quelques ossements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.