Que devient Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks ?

Réfugié depuis neuf mois à l'ambassade d'Equateur à Londres, l'Australien accusé de viol publie aujourd'hui un livre sur la façon dont internet nous surveille.

Julian Assange s\'exprime depuis le balcon de l\'ambassade d\'Equateur à Londres (Royaume-Uni), le 20 décembre 2012.
Julian Assange s'exprime depuis le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres (Royaume-Uni), le 20 décembre 2012. (CITIZENSIDE.COM / AFP)

"C'est comme vivre dans une station spatiale." Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est réfugié depuis le 19 juin 2012 à l'ambassade d'Equateur de Londres, pour échapper à des accusations de viol en Suède. Dans un entretien accordé en septembre au Daily Mail (en anglais), il présentait, vêtu d'une chemise équatorienne, sa chambre dotée d'un matelas au sol, d'un tapis de course, d'étagères, d'un coin bureau et d'une lampe bleue imitant la lumière du jour. Jeudi 21 mars, il publie un livre intitulé Menaces sur nos libertés, comment internet nous espionne, comment résister, fruit de journées de "dix-sept heures de travail". Francetv info revient sur les petites histoires de ces neuf derniers mois.

Un livre

Dans son ouvrage, Julian Assange invite le lecteur à se défendre face à l'emprise des grandes entreprises et des Etats qui s'exerce par le biais d'internet, et notamment des réseaux sociaux. "Sous prétexte de lutter contre le trafic de drogue, la pédopornographie ou la violation des droits d'auteur, les politiciens mettent en place un arsenal législatif qui permet la surveillance de masse sur la Toile", explique-t-il à L'Express.

Une candidature en Australie

En décembre, le fondateur de WikiLeaks a annoncé son intention de se présenter aux élections sénatoriales en Australie, le 14 septembre prochain, comme le rapporte The Australian (en anglais). Le natif de l'Etat du Queensland a précisé à L'Express travailler à la création d'un parti WikiLeaks "pour porter les valeurs politiques et culturelles nées sur internet". Inscrit dans l'Etat de Victoria, il lui faudrait le parrainage d'au moins 500 électeurs australiens pour pouvoir se présenter et ainsi "influencer le débat".

Une rencontre avec Lady Gaga

Le temps d'un dîner, Julian Assange a reçu en octobre la visite de la chanteuse américaine Lady Gaga. Hormis une photo où Julian Assange, en tee-shirt blanc, pose aux côtés de la popstar, qui porte un chapeau noir, rien n'en a filtré. En août, l'Australien s'était exprimé, par téléphone, lors d'un meeting de Jean-Luc Mélenchon pour les journées d'été du Parti de gauche.

Une santé fragile ?

"Il souffre d'une affection chronique aux poumons qui peut s'aggraver à tout moment", a indiqué en novembre l'ambassadrice équatorienne au Royaume-Uni, citée par The Guardian (en anglais). Les visites régulières des médecins seraient prises en charge par l'ambassade, qui a demandé à ce que Julian Assange puisse se rendre sans crainte à l'hôpital. Selon le Daily Mail, Julian Assange prend par ailleurs de la vitamine D pour compenser le manque de lumière du jour. Une situation appelée à durer, puisque aucun signe n'indique un départ prochain de l'ambassade.