Cet article date de plus de six ans.

Première journée de Premier ministre pour Alexis Tsipras

Alexis Tsipras a prêté serment ce lundi en Grèce comme nouveau Premier ministre d'un gouvernement déterminé à négocier pied à pied avec les créanciers internationaux et à tourner la page de cinq années d'austérité. le chef du parti de la gauche radicale a été invité à Paris par François Hollande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Alexis Tsipras à son arrivée à son bureau à Athènes © REUTERS/Giorgos Kontarinis/Eurokinissi)

Alexis Tsipras, le chef du parti de la gauche radicale grecque Syriza, a prêté serment comme Premier ministre lundi après un accord avec le mouvement des Grecs indépendants pour former un gouvernement anti-austérité. Cet accord inédit lui permettra d'entamer rapidement les négociations avec les bailleurs de fonds d'Athènes.

Ni cravate, ni bénédiction

"Nous avons une route abrupte à gravir ", a déclaré Alexis Tsipras au président Karolos Papoulias juste avant de prêter serment, sans cravate comme à son habitude, ni la bénédiction - orthodoxe - qui accompagne traditionnellement cette cérémonie: il en avait fait la demande à l'archevêque Ieronymos.

Syriza a frôlé hier la majorité absolue, avec plus de 36% des voix et 149 députés sur un total de 300 à la Vouli. Avec le

renfort des Grecs indépendants, qui disposent de 13 élus au parlement, le nouveau gouvernement disposera d'une majorité de 162 sièges. L'accord conclu avec le petit parti de Panos Kammenos donne naissance à une alliance gauche-droite inhabituelle mais soudée par l'opposition aux conditions dont dépend l'aide financière de la "troïka" (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international).

"Des engagements ont été pris et ils doivent être tenus "

Les grandes manoeuvres internationales autour du nouveau Premier ministre ont d'ailleurs déjà commence. François Hollande a invité Alexis Tsipras "à se rendre rapidement à Paris ". Il a indiqué que la France "sera aux côtés de la Grèce dans cette période importante pour son avenir ". Mais le chef de l'Etat a aussi précisé "des engagements ont été pris et ils doivent être tenus ". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.