Cet article date de plus d'onze ans.

Petroplus : le parquet ouvre une enquête préliminaire pour faillite frauduleuse

Le parquet de Nanterre ouvre une enquête préliminaire pour faillite frauduleuse concernant Petroplus de Petit-Couronne en Seine-Maritime. La raffinerie est à l'arrêt depuis début janvier peu après le gel par les banques des lignes de crédit de Petroplus. Le raffineur suisse dément ces allégations de "faillite frauduleuse" en France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'enquête préliminaire a été ouverte sous le soupçon que le compte bancaire de Petroplus-France a été amputé d'une centaine de millions d'euros.
Deux perquisitions ont été menées hier matin par la brigade financière de la police judiciaire parisienne, la première au siège de la filiale française de Petroplus à La Défense, la seconde à la Deutsche Bank où la société a ses comptes.
L'enquête diligentée par le procureur de Nanterre Philippe Courroye fait suite à la décision du tribunal de commerce de Rouen de placer en redressement judiciaire pour six mois la raffinerie.
La direction avait déposé le bilan mardi.

Le groupe suisse Petroplus a demandé à être mis en faillite et ses filiales en France et en Allemagne ont été placées sous administration judiciaire.

Un administrateur et un mandataire judiciaires ont été désignés par le tribunal pour rechercher toutes les solutions permettant une relance de l'activité avec un éventuel repreneur.

La raffinerie Petroplus emploie 550 personnes. Elle est à l'arrêt depuis début janvier peu après le gel par les banques des lignes de crédit de Petroplus. Le groupe compte quatre autres raffineries, elles aussi concernées par la menace de faillite, à Anvers (Belgique), Cressier (Suisse), Coryton (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne).

L'action Petroplus est toujours cotée à la Bourse suisse. Hier, elle ne
valait plus que 21 centimes suisses et a perdu -12,5%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.