Cet article date de plus de neuf ans.

Pays-Bas : les étrangers bientôt interdits de coffee shops

La justice a rejeté un recours contre la "carte cannabis" qui doit limiter l'accès à ces lieux de consommation de cannabis aux Néerlandais dès le 1er mai dans certaines régions, avant tout le pays en 2013.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le manager d'un coffee shop à Amsterdam (Pays-Bas), le 6 juillet 2008. (RABOUAN JEAN-BAPTISTE / HEMIS.FR)

Fini les week-ends enfumés aux Pays-Bas... Le tribunal de La Haye a rejeté, vendredi 27 avril, une demande en référé présentée par les propriétaires de 19 coffee shops contre l'introduction de la "carte cannabis". Ce dispositif vise à réserver l'accès de ces établissements aux seuls résidents des Pays-Bas.

La possession, la consommation et la vente au détail de moins de cinq grammes de cannabis, dans les coffee shops, sont tolérées aux Pays-Bas depuis 1976. La culture et la vente en gros, contrôlées par des groupes criminels, sont, elles, interdites. Mais les autorités veulent lutter contre les nuisances (tapage nocturne, trafic dans les rues... ) provoquées par l'afflux d'étrangers venant s'approvisionner aux Pays-Bas.

Les coffee shops deviendront des "clubs" privés

Les touristes qui franchissait la frontière pour venir fumer du cannabis en toute légalité en seront donc pour leurs frais. La nouvelle législation doit être appliquée au plus tard le 1er mai 2012 dans les provinces du sud des Pays-Bas (Zélande, Brabant-Nord et Limbourg), frontalières avec la Belgique et l'Allemagne, et en 2013 dans le reste du pays. Les 670 coffee shops néerlandais deviendront des "clubs fermés" comptant au maximum 2 000 membres. Ceux-ci devront être domiciliés aux Pays-Bas et âgés de plus de 18 ans.

Sans surprise, les propriétaires de ces échoppes sont opposés à cette mesure, craignant un important manque à gagner. Ils avaient donc saisi la justice néerlandaise évoquant son caractère "discriminatoire". Mais pour le tribunal, la carte cannabis "ne viole pas les principes de base de la loi contre la discrimination". Un des avocats des propriétaires des coffee shops a annoncé qu'ils allaient faire appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.