Cet article date de plus d'onze ans.

Par dizaines de milliers, des Italiens ont défilé samedi à Rome pour réclamer la démission de Silvio Berlusconi

Les manifestants ont réclamé sa comparution devant les tribunaux pour corruption. Le président du Conseil est cité à comparaître pour plusieurs affaires de corruption après la décision en octobre de la Cour constitutionnelle jugeant contraire à la Loi fondamentale une loi adoptée par son gouvernement lui accordant l'immunité judiciaire.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manif en Italie contre Berlusconi

Les manifestants ont réclamé sa comparution devant les tribunaux pour corruption. Le président du Conseil est cité à comparaître pour plusieurs affaires de corruption après la décision en octobre de la Cour constitutionnelle jugeant contraire à la Loi fondamentale une loi adoptée par son gouvernement lui accordant l'immunité judiciaire.

La manifestation nationale, intitulée "Un jour sans Berlusconi", était organisée par un collectif d'organisations de la société civile italienne qui ont notamment rameuté leurs troupes par internet. "J'ai un rêve - que Berlusconi soit derrière les barreaux !", scandait la foule à l'unisson sur le parcours de plusieurs kilomètres séparant la gare de Roma-Termini de la place située devant la basilique Saint-Jean.

Parmi les participants connus figuraient des acteurs et des écrivains comme le dramaturge Dario Fo, prix Nobel de littérature. "C'est un jour de démocratie, un jour qui montre que le pays peut se rassembler pour construire une alternative et exiger le départ de Berlusconi", a déclaré l'ancien juge anticorruption Antonio di Pietro, à la tête du parti d'opposition "Italie des valeurs". Il a ajouté: "Il y a ici des gens venus de tout le pays, et même de l'étranger, qui portent le même message: Berlusconi doit partir ! Berlusconi doit être traité comme n'importe quel citoyen. Il doit passer en jugement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.