Kiev : les manifestants prennent la mairie, des dizaines de blessés

Une centaine de policiers ont été blessés.

Un homme asperge de gaz lacrymogènes des forces de l\'ordre, à Kiev, en Ukraine, le 1er décembre 2013.
Un homme asperge de gaz lacrymogènes des forces de l'ordre, à Kiev, en Ukraine, le 1er décembre 2013. (VASILY FEDOSENKO / REUTERS)

Les manifestations se durcissent en Ukraine. Des centaines de milliers de personnes dénoncent la décision du président Viktor Ianoukovitch de ne pas signer un accord de partenariat et de libre échange avec l'Union européenne. Samedi, à Kiev, les manifestants ont été violemment évacués par les forces de l'ordre de la place de l'Indépendance. Sans atteindre leur détermination. 

Dimanche 1er décembre, plus de 100 000 personnes se sont réunies, dans le centre de la capitale ukrainienne, agitant des drapeaux bleus et jaunes aux couleurs de l'Ukraine et de l'Union européenne.

Selon un journaliste de l'AFP sur Twitter, des milliers de manifestants ont convergé vers le centre et se sont rendus sur la place de l'Indépendance.

Des incidents ont éclaté en marge de cette manifestation de l'opposition, notamment devant l'administration présidentielle. Des manifestants sont même parvenus à s'emparer de la mairie de Kiev. L'information a été confirmée par la police.

Une centaine de blessés parmi les forces de l'ordre 

"Environ 100 policiers" ont été blessés. Ils présentent des "blessures diverses", dont des traumatismes crâniens. Un policier a, par exemple, été blessé par la benne d'un bulldozer. Amené devant le bâtiment par les manifestants, ils espéraient pouvoir forcer le passage. L'engin a avancé à plusieurs reprises vers les policiers avant de s'arrêter.

Un tracteur a chargé en direction des policiers, blessant un policier, dimanche 1er décembre, à Kiev.
Un tracteur a chargé en direction des policiers, blessant un policier, dimanche 1er décembre, à Kiev. (REUTERS)

Pas de bilan officiel du côté des manifestants, mais un journaliste de l'AFP a vu trois blessés dans leurs rangs, dont un avec un traumatisme crânien. Les forces anti-émeutes ont utilisé des grenades assourdissantes à plusieurs reprises contre les manifestants.

Jets de pierre

Des centaines de jeunes gens, la plupart portant des cagoules ou des masques médicaux, participent à ces heurts. Ils jettent des pierres sur les forces anti-émeute. Un étudiant retransmet en direct des images des événements sur ce site. On y voit des policiers campant derrière des boucliers.

Devant la foule rassemblée place de l'Indépendance, l'un des leaders de l'opposition, Vitali Klitschko, a appelé les manifestants à ne "pas céder aux provocations". "Je vous demande d'être très prudents, si quelqu'un vous appelle à prendre d'assaut des bâtiments publics, cela peut être très dangereux", a-t-il déclaré.