Reprise des opérations de l'Ocean Viking : "Le navire est à Marseille et partira dans une dizaine de jours", annonce SOS Méditerranée

Les gardes-côtes italiens ont bloqué le bateau de secours aux migrants pendant 5 mois dans un port, officiellement pour des problèmes de sécurité.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Ocean Viking dans le port de Marseille, en juin 2020. (SHAHZAD ABDUL / AFP)

"Le navire est en escale à Marseille et partira dans une dizaine de jours" vers l'est de la Méditerranée, a annoncé mardi 29 décembre sur franceinfo Sophie Beau, directrice générale de l'ONG SOS Méditerranée, qui affrète l'Ocean Viking, libéré le 21 décembre du port italien où il était retenu, officiellement pour des problèmes de sécurité. Le délai de 10 jours avant de reprendre les opérations correspond à la quarantaine nécessaire imposée à l'équipage, pour éviter l'apparition du Covid-19 à bord, explique l'ONG.

franceinfo : Où en êtes-vous, dans la préparation du navire ?

Sophie Beau : L'Ocean Viking vient d'arriver à Marseille, ce dimanche, il est en escale. Ce soir débute la quarantaine des équipes qui seront à bord. Elle durera une dizaine de jours pour ensuite repartir en mer Méditerranée centrale. Il s'agit d'une équipe de marins-sauveteurs, de logisticiens. Il faut en tous cas éviter que le Covid ne s'invite à bord. C'est un sujet de préoccupation car il ne faut pas que nous arrêtions nos opérations de sauvetage à cause de l'épidémie. On a 9 navigants et 22 marins sauveteurs et équipes médicales.

Pourquoi l'Italie avait-elle bloqué le navire durant ces 5 mois ?

Le prétexte invoqué était le non-respect des normes de sécurité. Un fait totalement nouveau, car les précédents contrôles n'avaient pas soulevé de problèmes. Depuis le mois d'avril une nouvelle doctrine a été mise en place par les garde-côtes italiens. Leur argument a été de dire que le navire devait pouvoir accueillir des centaines de passagers, alors que nous faisons du transport de naufragés. On a tout de même mis en place des aménagements supplémentaires en cas d'abandon du navire pour pouvoir satisfaire à ces exigences.

Que s'est-il passé ces derniers mois en mer Méditerranée ?

La situation reste dramatique en Méditerranée centrale. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a relevé 1 108 morts des naufrages. La plupart des migrants ont disparu entre la Libye et l'Italie, c'est l'axe migratoire le plus meurtrier au monde. La Libye est un véritable enfer pour les migrants, dans ce pays soumis au chaos politique. Esclavage, viols, torture, rançons... Les migrants qui passent par là prennent la mer pour fuir cette situation. Pour eux, il s'agit de fuir l'enfer libyen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.