L'artiste Banksy finance un navire pour secourir les migrants en Méditerranée

Selon le journal britannique, The Guardian, qui a révélé l'information, le bateau a déjà secouru 89 personnes.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Louise Michel, navire financé par l'artiste Banksy, opère en Méditerranée pour sauver des migrants. (HANDOUT . / Reuters)

Il est blanc et rose, et arbore un immense "rescue" rose sur ses flancs. L’avant de la cabine est décoré d'un dessin de l'artiste. Une petite fille portant un gilet de sauvetage tend la main vers une bouée en forme de cœur.

Le bateau, une ancienne unité des douanes françaises, a été baptisé du nom de Louise Michel, anarchiste française, figure majeure de la Commune de Paris.

Un nom de baptême qui en dit long sur la philosophie du propriétaire et de l'équipage. Un équipage de vieux loups de mer du secours en mer dont beaucoup ont participé aux opérations de l'ONG Sea-watch. A la barre on trouve Pia Klemp, une militante allemande pour les droits de l'homme, connue pour avoir conduit plusieurs autres navires de sauvetage, dont le Sea-Watch 3.

C'est elle, rapporte The Guardian, qui a été contactée par Banksy en septembre 2019. "Salut Pia, j'ai lu ton histoire dans les journaux. Tu semble drôlement assurer", lui écrit l'artiste. Banksy lui précise qu'il a gagné pas mal d'argent en faisant des œuvres sur la crise des migrants."Clairement je ne peux pas garder cet argent. Peux-tu l'utiliser en achetant un nouveau bateau ou quelque chose dans le genre ?".

Dans le plus grand secret, le projet a pris corps entre Londres, Berlin et Burriana, un port espagnol près de Valence où le bateau a été équipé pour ses missions de sauvetage en mer. C'est de là qu'il a pris la mer le 18 août pour sa première campagne.

Banksy n'est pas à bord assure l'équipage au Guardian, il se limite à financer l'opération. "Banksy ne prétend pas savoir mieux que nous manœuvrer un navire, et nous on prétend pas être des artistes", précise la capitaine.

Mais le mécène, comme les marins, ont en commun une vision politique croit savoir Pia Klemp."Je ne vois pas le sauvetage en mer comme une action humanitaire, mais comme un combat anti-fascistes" dit-elle. Comme elle, les dix marins du "Louise Michel" se disent tous "des activistes anti-racistes et anti-facistes partisans de changements politiques radicaux", précise le Guardian.

(Hier matin, le Louise Michel a répondu a un appel de détresse du Moonbird, avion de reconnaissance aérienne. 89 personnes ont été secourues et recueillies sur le Louise Michel. Les survivants doivent être mis à l'abri maintenant.) 

Le bateau a déjà à son actif deux missions en association avec un autre navire de l'ONG le Sea-Watch 4. Au total 105 personnes avaient été secourues. Cette fois en solo, le Louise Michel a récupéré jeudi 27 août, 89 personnes en détresse quelque part en Méditerranée centrale, la position exacte n'est pas divulguée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.