DIRECT. Migrants : la France va proposer une résolution à l'ONU pour détruire les bateaux des trafiquants

François Hollande l'a déclaré, jeudi, à l'issue d'un sommet européen extraordinaire.

François Hollande à Bruxelles pour le sommet européen extraordinaire sur le drame des migrants en Méditerranée, le 23 avril 2015.
François Hollande à Bruxelles pour le sommet européen extraordinaire sur le drame des migrants en Méditerranée, le 23 avril 2015. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

François Hollande a annoncé, jeudi 23 avril, que la France allait proposer une résolution à l'ONU pour détruire les bateaux des trafiquants. Le président français l'a indiqué à l'issue d'un sommet européen extraordinaire sur le drame des migrants

Voici l'essentiel des informations :

Résolution de la France à l'ONU pour détruire les bateaux des trafiquants. "La décision a été prise de présenter toutes les options pour que les navires puissent être appréhendés, annihilés", a déclaré François Hollande à l'issue d'un sommet européen extraordinaire sur le drame des migrants. "Cela ne peut se faire que dans le cadre d'une résolution du Conseil de sécurité et la France prendra une initiative, avec d'autres", a-t-il ajouté.

 Triplement du budget de l'Union européenne pour la mission Triton. C'est la chancelière allemande Angela Merkel qui a fait cette annonce à l'issue du sommet. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a précisé que le budget de la mission "Triton" serait désormais équivalent à celui de l'ex-mission italienne "Mare Nostrum", interrompue l'an dernier.

500 000 migrants pourraient tenter la traversée en 2015. Un demi-million de migrants pourraient tenter cette année une dangereuse traversée de la Méditerranée, avec plusieurs milliers de morts, estime l'Organisation maritime internationale (OMI).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

23h50 : A l'issue du sommet européen extraordinaire convoqué sur la question des migrants, les Vingt-Huit ont décidé de tripler le budget de l'opération Triton de surveillance et de sauvetage en mer. La France va par ailleurs présenter une résolution à l'ONU pour détruire les bateaux des trafiquants. Le point sur ces annonces dans cet article.




(EMMANUEL DUNAND / AFP)

23h09 : Pour que la proposition de François Hollande – détruire les bateaux des passeurs – aboutisse, elle nécessite un vote à l'ONU et doit donc être adoptée par les Russes ce qui n'est pas gagné. Interrogé à ce sujet, François Hollande a dit qu'il allait "en parler" dès ce vendredi à son homologue, Vladimir Poutine, à l'occasion des cérémonies du centenaire du génocide arménien à Erevan.

22h25 : La France "prendra sa part" en accueillant 500 à 700 Syriens, sur les 5 000 concernés par un programme pilote destiné à accueillir davantage de réfugiés dans l'UE.

22h01 : La France va proposer une résolution à l'ONU pour détruire les bateaux des trafiquants, déclare François Hollande.

21h36 : L'UE va tripler le budget de son opération de sauvetage en Méditerranée, selon Angela Merkel.

21h37 : François Hollande devrait s'exprimer dans les prochaines minutes à l'issue du sommet extraordinaire réuni à Bruxelles sur la question des migrants. Selon les informations du correspondant de France 2, François Beaudonnet, la France enverra 6 experts, 2 bateaux et 2 avions.

21h37 : Ils ont battu à mort plusieurs migrants avant le départ du chalutier. Les trafiquants responsables du naufrage survenu le 19 avril en Méditerranée ont maltraité les migrants, selon les témoignages des survivants. Ils décrivent un "climat de violence" avant même que le bateau ne parte de Libye. Cet article résume l'essentiel des informations données par le parquet de Catane (Italie).




(ALESSIO PADUANO / NURPHOTO / AFP)

16h26 : "Nous allons renforcer l'Europe en mer et en surveillance, la France y participera et il faut lutter contre les trafiquants, qui sont souvent des terroristes, et détruire leurs bateaux."

A Bruxelles, en marge de la réunion des dirigeants européens pour trouver des mesures d'urgence à adopter face à la crise des migrants en mer Méditerranée, le chef de l'Etat a également évoqué le cas de la Libye : "Trois ans et demi après l'intervention en Libye, aucune réflexion n'a été menée sur l'après. Il faut maintenant réparer ces erreurs."

16h16 : Une cérémonie funéraire s'est tenue à Malte, à la mémoire des 800 victimes du naufrage d'un chalutier, ce week-end. Vingt-quatre migrants ont été enterrés après cet hommage, auquel de nombreux dirigeants politiques ont assisté.






REUTERS / AP

15h58 : "Ne nous renvoyez pas, protégez-nous !" peut-on lire sur une banderole dans une manifestation à Bruxelles, en Belgique, alors que les dirigeants européens y sont réunis pour se prononcer sur les mesures d'urgence à adopter face à la crise des migrants en mer Méditerranée.




(FILIP DE SMET / BELGA / AFP)

15h23 : Les dirigeants européens se réunissent cet après-midi, pour se prononcer sur les mesures d'urgence à adopter face à la crise des migrants en mer Méditerranée. Quelles sont leurs pistes de travail ? Eléments de réponse dans notre article.





(ALESSANDRO BIANCHI / REUTERS)

14h47 : Après la multiplication des naufrages de migrants en Méditerranée, El País (article en espagnol) a compilé les dessins de presse et montages qui s'indignent ou rendent hommage aux victimes de ces tragédies.

11h58 : Les bateaux de migrants croisent toujours plus nombreux au large de l'île de Lampedusa (Italie). La vie de l'île en est affectée, comme l'a constaté notre envoyé spécial Gaël Cogné. Dans son reportage, il vous raconte comment les habitants ont appris à "faire avec".




(ALESSANDRO BIANCHI / REUTERS)

11h22 : Les gardes-cotes italiens ont à nouveau secouru 220 migrants tôt ce matin, entassés sur deux canots pneumatiques, qui dérivaient au large de la Libye. Transférés sur un bateau de la police des finances italienne, ils sont arrivés tout à l'heure en Sicile.

(APTN)

10h58 : "L'opération Triton ne peut pas être une opération de recherche et de sauvetage."

Le directeur de l'agence Frontex, en charge de la surveillance des frontières de l'Europe, estime dans le Guardian (en anglais) que sauver la vie des migrants ne devrait pas être la priorité des patrouilles marines dont il a la charge. Il juge que poster de multiples bateaux de sauvetage à proximité des cotes libyennes ne ferait qu'encourager les traversées clandestines.

10h48 : Notre journaliste Gaël Cogné est toujours à Lampedusa (Italie), où débarquent tout au long de l'année de nombreux migrants qui ont traversé la Méditerranée. Il est parti à la rencontre du médecin en charge du centre médical de l'île.





(GAEL COGNE / FRANCETV INFO)

09h39 : Vingt-quatre corps avaient été repêchés après le naufrage, ce weekend, d'un bateau au large de la Libye. Ces victimes sont enterrées ce matin à Malte, signale une journaliste d'i-Télé, qui publie des photos de la cérémonie.

09h30 : Les arrivées continuent à Catane (Italie) : 220 migrants ont débarqué ce matin dans le port sicilien. Ces clandestins ont été secourus alors qu'ils dérivaient sur deux canots pneumatiques, longs de 14 m chacun, entassés au milieu des bidons d'essence. Un journaliste d'Al Jazeera English twitte une photo de leur arrivée.

09h04 : "La France accueille beaucoup de réfugiés. Les mêmes [personnes] qui, aujourd'hui nous reprochent de ne pas agir, nous reprochent parfois d'accueillir trop de monde."

Manuel Valls estime que la France assume "ses responsabilités" en Afrique, évoquant par exemple l'intervention en Centrafrique. L'Hexagone n'accueillerait pas assez de réfugiés ? Le Premier ministre balaie cette critique.

08h49 : "L'urgence est à la mobilisation de moyens supplémentaires pour l'agence Frontex. La France est en train d'examiner les moyens additionnels qui pourraient être mis à disposition : experts, bateaux, avions."

Manuel Valls réagit aux récents drames en Méditerranée. "Ce n'est malheureusement pas la première fois et cela risque de se reproduire, estime le Premier ministre. La réponse de l'UE doit être déterminée."