VIDEO. "Sauvés" puis maltraités, ces migrants ont vécu un cauchemar

Filmé par l’ONG Sea-Watch e.V., ce "sauvetage" des migrants en Méditerranée a tourné au drame puisqu’une fois sur le bateau qui les a recueillis, ils ont été maltraités.

Voir la vidéo

Samedi 6 novembre 2017, en pleine Méditerranée, un bateau de migrants est récupéré par les garde-côtes libyens. Pensant être sorti d’affaire après cette traversée, le groupe d’exilés déchantent. Ils sont parqués à l’avant du bateau et subissent des violences. Ils sont fouettés avec des cordes, frappés. Certains tentent même de s’échapper en sautant du navire. Filmée par l’ONG Sea-Watch e.V., la scène a contribué "à la noyade de 50 personnes", affirme Amnesty International, qui a rendu publique une vidéo le 12 décembre.

L’Europe accusée de fermer les yeux

Amnesty International a remonté la trace de la frégate, le Ras Jadir. Elle a été donnée par l’Italie à la Libye en avril 2017, rapporte le site belge 7sur7. Dans une longue enquête publiée le 12 novembre, l’ONG accuse l’Europe d’être complice d'"un système sophistiqué d'abus et d'exploitation des réfugiés et des migrants". Et de ne rien faire pour changer cela. Cela fonctionne puisque, selon Amnesty, 67% de personnes en moins arrivent sur les plages italiennes.

Le 6 novembre 2017, l\'ONG Sea Watch a filmé le \"sauvetage\" de migrants par des garde-côtes libyens
Le 6 novembre 2017, l'ONG Sea Watch a filmé le "sauvetage" de migrants par des garde-côtes libyens (YOUTUBE/SEA WATCH e.V.)