VIDEO. Prothèses mammaires : les arguments gonflés du patron d'En Marche

En ce moment, la majorité présidentielle veut parler immigration. Et utilise parfois des arguments étonnants. “J’entends qu’il peut y avoir des abus de l’utilisation de l’Aide médicale d’État, par exemple pour financer des prothèses mammaires”, a déclaré sur CNews Stanislas Guerini, délégué général de La République en Marche (LREM). Des sans-papiers abuseraient donc de l’Aide médicale de l’État (AME) pour se payer de nouvelles poitrines ! Ça nous a semblé un peu gonflé… alors on a vérifié.

“Un peu de décence !”. Voilà ce que réclame Céline Lis-Raoux après avoir entendu le patron d’En Marche. Elle dirige l'association RoseUp, qui accompagne les femmes victimes de cancers du sein. “J’aimerais que Mr Guerini aille jusqu’au bout de son propos et nous dise de quelle opération il parle, s'insurge-t-elle. Est-ce qu’on parle de chirurgie purement esthétique ou est-ce qu’on parle de reconstruction après un cancer du sein, qui est un processus violent, douloureux et traumatisant ?”

Aucun soin esthétique n’est pris en charge par l’AME

Cabinet d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé

L’AME, ou Aide médicale de l’État, est un dispositif d’assistance qui prend en charge la quasi-totalité des soins pour les sans-papiers. Il a permis l’an dernier à 318 000 personnes d’être soignées gratuitement en France. Certaines en ont-elles profité pour se faire gonfler la poitrine ? Contacté, le ministère de la Santé est catégorique. “Aucun soin esthétique n’est pris en charge par l’AME, nous répond le cabinet d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé. S'il y a des prothèses mammaires prises en charge par l'AME, c'est parce qu'elles sont reliées à une maladie.” Exit donc la chirurgie esthétique à l’oeil pour les étrangers en situation irrégulière.

Trois cas de prises en charge par l'AME

Confirmation chez un chirurgien. Des bénéficiaires de l’AME qui ont besoin de prothèses mammaires, le docteur Adel Louafi en reçoit en moyenne une fois par an. Mais uniquement dans des cas médicaux bien précis. “Il existe trois cas de prise en charge par l’AME, énumère-t-il. Les reconstructions mammaires après un cancer du sein, les malformations mammaires très importantes ou l’absence totale de seins.” Pour la Sécurité sociale, tous ces cas sont bien des pathologies qui peuvent causer des souffrances physiques ou psychologiques.

Le mea culpa de Stanislas Guerini

Sollicité plusieurs fois par nos soins, Stanislas Guerini a fini par nous faire parvenir sa réponse, en forme de mea culpa. “Mes propos ne visaient en aucun cas les femmes atteintes d’un cancer du sein qui ont recours à de la chirurgie réparatrice, pour qui l’utilisation de l’AME est totalement justifiée, justifie le délégué général de La République en Marche (LREM). Si cela a été compris en ce sens et a pu, légitimement, blesser, je le regrette profondément et m’en excuse.”

Le ministère de la Santé affirme ne pas connaître de cas de fraude à l’AME pour des prothèses mammaires. Le gouvernement a commandé pour cet automne un rapport administratif sur cette aide et pourrait la réformer dans les mois à venir.