VIDEO. Débat sur l'immigration à l'Assemblée : Marine Le Pen va "accepter" le temps de parole offert par Matthieu Orphelin

Interrogée sur France 2, la présidente du Rassemblement national a également estimé qu'un référendum sur l'immigration devrait être tenu. 

"Evidemment, je vais accepter." Sur France 2, jeudi 19 septembre, la présidente du Rassemblement national (RN) a déclaré accepter la proposition du député ex-LREM Mathieu Orphelin, qui a proposé de céder ses cinq minutes de temps de parole au RN lors du débat à l'Assemblée sur l'immigration.

"La situation continuera d'empirer puisque la question des frontières nationales ou du regroupement familial ne seront pas mises sur la table. Comment voulez-vous que le Rassemblement national soit satisfait d'un débat où on lui dit de la fermer", lançait mardi le député RN Sébastien Chenu. Faute d'avoir un groupe parlementaire, le RN n'était pas censé s'exprimer à l'Assemblée lors du débat sur l'immigration du 30 septembre prochain.

"Marine Le Pen et le Rassemblement national essayent de lancer une fausse polémique sur le fait qu'ils seraient bâillonnés lors du débat sur l'immigration. Afin de l'éteindre et pour que la voix des plusieurs millions de personnes qui votent pour eux soit entendue, je renonce à mon temps de parole et le laisse au député du RN Ludovic Pajot", a expliqué mercredi Matthieu Orphelin, député de Maine-et-Loire et adversaire revendiqué du RN. Les élus non-inscrits s'étaient vu attribuer cinq minutes de temps de parole, et c'était au tour de Matthieu Orphelin d'en bénéficier.

"Le pouvoir va décider quand j'ai le droit de parler"

Interrogée lors de l'émission "Les 4 vérités" jeudi matin, Marine Le Pen a dénoncé "le problème fondamental de notre démocratie" car, en raison des résultats aux élections législatives, son parti "n'avait même pas une seconde de temps de parole" alors qu'il a fait de l'immigration son thème central depuis des années. 

"En réalité, le pouvoir va décider quand j'ai le temps de parler et quand je n'ai pas le droit de parler. Je suis désolée mais, moi, en matière de fonctionnement démocratique, ça ne me va pas. Et ça ne va pas non plus à mes millions d'électeurs", a commenté Marine Le Pen, après avoir accepté la proposition de Matthieu Orphelin. 

A quinze jours de ce débat dans l'hémicycle, le chef de l'Etat a appelé lundi soir à "regarder ce sujet en face", suscitant la polémique au sein même de la majorité. De son coté, le RN y a vu un discours "électoraliste" et de "communication"

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, lors d\'un discours à Frejus (Var), le 15 septembre 2019.
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, lors d'un discours à Frejus (Var), le 15 septembre 2019. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)