Cet article date de plus de six ans.

Vidéo A Paris, les migrants du Bois Dormoy ont évacué la caserne qu'ils occupaient

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Migrants
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Ils ont quitté la caserne du 10e arrondissement, jeudi soir, peu après 23 heures, pour des centres d'hébergement. 

Les 150 à 200 personnes, dont une petite centaine de migrants, qui occupaient depuis la fin d'après-midi, jeudi 11 juin, une caserne désaffectée à Paris ont quitté les lieux peu après 23 heures pour regagner des centres d'hébergement. Après quelques heures de négociations, les migrants ont accepté la proposition des responsables de la mairie de Paris de loger pour la nuit 110 personnes dans quatre sites, un à Nanterre (Hauts-de-Seine) et trois dans le centre de Paris.

Ils sont sortis du bâtiment vers 23h10 pour gagner deux cars de police qui devaient ensuite les acheminer vers les centres d'hébergement. Les migrants et leurs soutiens avaient investi vers 18h30 la caserne Château-Landon, près de la gare de l'Est (10e arrondissement), après avoir quitté le jardin associatif du Bois Dormoy où ils avaient trouvé refuge depuis la nuit de lundi à mardi.

Dangers de la caserne

En début de soirée, une centaine de personnes massées à l'extérieur pour afficher leur soutien avaient provoqué quelques échauffourées avec les forces de l'ordre. Certaines ont tenté de pénétrer dans le bâtiment à l'aide d'échelles et les CRS ont lancé deux charges avec gaz lacrymogène, vers 21h30 et 22 heures, pour les mettre hors de portée de l'édifice.

Dès l'occupation, la mairie de Paris et le gouvernement avaient pointé les dangers de cette caserne, fragile car à l'abandon depuis une dizaine d'années. Sa cour ne servait plus que pour des distributions de repas de l'Armée du salut.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.