VRAI OU FAKE Une vidéo d'altercation sur la voie publique française utilisée comme propagande anti-migrants par une partie de l'extrême droite en Europe

Publiée mi-septembre sur les réseaux sociaux, on y voit un homme, énervé, descendre de vélo et tordre les essuies-glaces d'un tram. Une scène récupérée par une partie de l'extrême droite en Europe.

La vidéo a été partagée sur le compte Twitter de @0Comeback.
La vidéo a été partagée sur le compte Twitter de @0Comeback. (CAPTURE ECRAN TWITTER)

La vidéo dure une trentaine de secondes. On y voit, le samedi 14 septembre, d'après Le Parisien, un homme filmé depuis une cabine de tram, à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Ce cycliste roule en plein milieu des voies. Quand le tram se rapproche et le klaxonne, l'homme descend de son vélo et, passablement agacé, tord les essuie-glaces du tram avant de s'en aller. Le cycliste, toujours d'après Le Parisien, aurait réagi ainsi car le conducteur aurait refusé de le laisser monter avec son vélo à la station précédente.

Cette vidéo a été vue des millions de fois, avec plus d'un million de vues rien que sur le groupe Facebook "Faits divers à Saint-Denis", qui prétend recenser tous les faits divers dans cette ville de Seine-Saint-Denis, alors que les faits se sont déroulés dans les Hauts-de-Seine. La vidéo a aussi attiré l'attention des sites français identitaires Fdesouche.com et résistancerépublicaine. Dans les commentaires, l'homme à vélo est qualifié de migrant.

Reprise par un député italien d'extrême droite...

La vidéo a ensuite été relayée dans plusieurs pays européens. Premier exemple, en Italie, le député Massimo Bitonci, de la Ligue du nord (parti d'extrême droite de l"ancien ministre Matteo Salvini) a reposté la vidéo sur Facebook, assortie de ce commentaire : "Un immigrant à vélo, il a pris la voie du tram, et non content, avec une arrogance et une violence sans précédent, il a endommagé les essuie-glaces des transports en commun".

La vidéo sur son compte a été visionnée plus de 10 000 fois et a suscité plus de 4 000 commentaires, dont de nombreux ouvertement racistes. Sans rien préciser, l'élu laisse penser que la scène se passe en Italie et que l'homme qui s'énerve est un migrant. Les seuls indices dont il dispose sont sa couleur de peau et le survêtement du club de football de l'AC Milan qu'il porte sur la vidéo. Alors que l'on voit clairement sur la vidéo le nom d'une station de tram, qui permet de situer la scène en région parisienne et non pas en Italie.

... et un syndicat de policiers italiens

Sans vérifier ces informations, certains journaux transalpins se saisissent des faits en se basant sur le message de Massimo Bitonci. C'est le cas d'Il Giornale, titre publié à près de 200 000 exemplaires et dont Silvio Berlusconi reste l'un des principaux actionnaires.

Même la branche romaine du syndicat autonome de la police, le deuxième syndicat de la profession en Italie, a diffusé la vidéo sur Twitter, avec ce commentaire : "Accueil, intégration et surtout respect des règles". Sans aucune indication sur le lieu et les circonstances de la scène, mais situé entre des photos de faits divers ou d'arrestations sur lesquels apparaissent à chaque fois le logo "Polizia di Roma".

La vidéo aussi relayée en Croatie et en Espagne

En Croatie, un internaute a publié la vidéo sur son mur Facebook, comme le relate un site croate. En expliquant que la scène se passait dans un village avant de corriger et d'expliquer que la vidéo avait été filmée dans un quartier de la capitale, Zagreb. Le tout assorti de commentaires anti-migrants et anti-Roms. La désinformation dans ce cas-là est même allé plus loin, avec des faux témoignages écrits de migrants en colère et une fausse interview du conducteur qui explique pourquoi il ne l'a pas écrasé.

En Espagne, la vidéo est diffusée sur Twitter. Certains internautes assurent que la scène se passe à Grenade, en Andalousie. Le site du journal Granada Hoy rétablit la vérité et rappelle que les faits se déroulent en France.

La vidéo a donc été utilisée comme propagande anti-migrants. Sans jamais répondre à cette question : a-t-on le droit de faire entrer son vélo dans le tramway francilien ? Non, c'est interdit, tout comme dans le métro, pour des raisons de place. C'est en revanche permis dans le RER et les Transiliens.