Cet article date de plus de sept ans.

Un campement de plus de 2 000 migrants a été évacué à Paris

Le camp, évacué vendredi matin, s'était formé entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad depuis plusieurs semaines dans des conditions sanitaires déplorables.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des migrants attendent d'être évacués d'un campement à Stalingrad, à Paris, le 16 septembre 2016. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

L'histoire se répète. Un campement de 2 083 migrants, qui grossissait depuis plusieurs semaines, dans le nord de Paris, entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad, a été évacué, vendredi 16 septembre, en début de matinée, dans le calme. Le site avait déjà été évacué le 17 août, avec près de 700 personnes prises en charge dans des structures d'hébergement.

Soudanais, Afghans et Erythréens s'étaient installés dans une myriade de tentes et de matelas dans les 10e et 19e arrondissements de Paris, dans des conditions sanitaires et humaines très dégradées. Ces derniers jours, un certain nombre de familles et d'enfants étaient installés dans des tentes, surtout du côté "afghan".

Conduits dans des centres d'hébergement

Selon la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse,  les 2 083 occupants présents ont pu être orientés "vers une soixantaine de structures d'accueil franciliennes", et "154 personnes vulnérables [des familles avec enfants ou des femmes isolées] ont été prises en charge" "Il y a beaucoup de familles avec enfants, plus que d'habitude, avait-t-elle précisé plus tôt.

Interrogée sur cette évacuation, jugée tardive par certaines associations, la ministre a souligné que "la situation est compliquée", car à chaque "mise à l'abri", il faut "reconstituer des places" pour loger les migrants. Mais en cas de besoin, "on fera d'autres opérations", a-t-elle promis.

Un camp de 2 500 personnes démantelé en juillet

Le 22 juillet, près de 2 500 migrants avaient déjà été mis à l'abri depuis un campement installé sur le boulevard de la Villette, au cours de ce qui constituait la plus importante opération de ce type dans la capitale. En prévision de futurs campements, des bénévoles ont récupéré certaines affaires, vendredi matin.

Depuis juin 2015, les campements se sont régulièrement reconstitués dans les quartiers proches de la plateforme de France Terre d'asile, où les migrants entament leurs démarches à Paris s'ils veulent demander le statut de réfugié, et de la gare du Nord.

Un centre d'accueil bientôt ouvert à Paris

Pour contrer l'implantation de ces campements indignes, la ville de Paris va ouvrir, à la mi-octobre, un centre d'accueil humanitaire, chargé de prendre en charge les migrants pendant quelques jours avant de les répartir sur des structures d'hébergement plus pérennes en régions.

Dans ce projet, la fluidité du dispositif sera cruciale. Le gouvernement travaille actuellement à créer près de 9 000 places dans des Centres d'accueil et d'orientation, car il faudra aussi héberger les migrants venus de Calais où la "jungle" doit être démantelée à la même période.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.