Suède : la tentation de l'extrême droite

En Suède, les habitants sont de plus en plus tentés par le vote d'extrême droite. Un sentiment de malaise qui serait dû à la crise migratoire et économique, bien que les chiffres affichent le contraire. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Au bord de la mer baltique, Sölvesborg, en Suède, est une ville de 10 000 habitants en apparence paisible. Mais dans les bureaux de vote, où les électeurs peuvent déjà voter par anticipation, c'est de la colère qui s'exprime. "Il y a trop d'immigrés, trop d'un seul coup", se plaint un habitant. Sölvesborg accueille actuellement environ 300 Syriens, 50 Afghans et une centaine de Somaliens. Et pour beaucoup, ces migrants sont à l'origine de tous les problèmes. Une employée dans le secteur médical va voter pour les démocrates de Suède, un parti d'extrême droite. "Les migrants commettent plus de crimes, c'est sûr", affirme-t-elle. Mais d'après la police, il n'y a pas de plus en plus de crimes en Suède.

"L'extrême droite, je les trouve bien"

Sölvesborg est un fief de l'extrême droite, qui recueille ici plus de 20%. Pourtant, à priori tout va bien. "Difficile de ressentir dans la ville de l'insécurité. Pas de trafic de drogue, pas de quartiers sensibles. Selon la police, la délinquance ici est même en nette baisse depuis deux ans", relate Laurent Desbonnets, envoyé spécial en Suède. Les causes du mécontentement sont donc peut-être à chercher ailleurs. Sur le port de la ville, c'est l'économie qui est citée. Un pêcheur se sent à l'écart du dynamisme suédois. "L'extrême droite, je les trouve bien, ils secouent tout le monde au plan national, comme dans les communes reculées", clame-t-il.

Pour Louise Erixon, la leader locale du parti d'extrême droite, ce malaise économique est lié aux migrants qui capteraient les aides publiques. Un discours qui fait recette, mais qui est,lui aussi, en contradiction avec les chiffres officiels. La Suède a dégagé l'an dernier un excédent budgétaire de 60 milliards d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des secours recherchent Kim Wall, le 15 août 2017 dans la baie de Lundakra (Suède). Cette journaliste de 30 ans a disparue après un reportage à bord du sous-marin \"Nautilus\".
Des secours recherchent Kim Wall, le 15 août 2017 dans la baie de Lundakra (Suède). Cette journaliste de 30 ans a disparue après un reportage à bord du sous-marin "Nautilus". (JOHAN NILSSON / TT NEWS AGENCY / AFP)