Sénégal : "au moins 140 morts" dans le naufrage d'un bateau de migrants

C'est la pire catastrophe de ce type en 2020, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants originaires de plusieurs pays d'Afrique, attendent d'être secourus en mer, le 27 septembre 2015. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le bilan est très lourd. "Au moins 140 personnes" sont mortes dans le naufrage d'une embarcation de migrants la semaine dernière au large du Sénégal, la pire catastrophe de ce type en 2020, a annoncé jeudi 29 octobre l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Leur bateau, qui "transportait environ 200 personnes, a coulé au large du Sénégal", a indiqué l'OIM dans un communiqué.

Sans préciser le nombre de passagers, les autorités sénégalaises avaient annoncé un bilan d'au moins 10 morts, pour une soixantaine de personnes secourues lors de ce naufrage qui a provoqué une forte émotion dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Le bateau devait rallier les Canaries

Entre le 7 et le 25 octobre, la marine sénégalaise, appuyée par la Guardia Civil espagnole, a intercepté cinq pirogues en partance pour l'Europe, secourant au total 388 personnes, selon le gouvernement, qui fait état de "28 présumés convoyeurs" interpellés.

Une de ces pirogues avait connu une avarie grave, lorsqu'un incendie s'est déclaré à bord le 23 octobre au large de Mbour, à plus de 80 km au sud-est de Dakar, provoqué par "une explosion du moteur et des fûts de carburant à bord", selon le gouvernement

La version de l'OIM est légèrement différente. Des membres des communautés locales lui ont indiqué que la bateau avec quitté Mbour le 24 octobre, et non le 23, et que c'est au large de Saint-Louis, dernière ville sénégalaise avant la Mauritanie, que l'incendie s'est produit quelques heures plus tard et que le bateau a chaviré. Selon les informations de l'OIM, le bateau avait pour intention de rallier l'archipel espagnol des Canaries, au large du Maroc.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.