Seine-Saint-Denis : des migrants venus de Colombie campent mairie de Saint-Ouen

À côté de la mairie de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) se trouve un campement de familles sud-américaines, expulsées d'un squat début août.

FRANCEINFO

Le 30 juillet, des familles sud-américaines, surtout colombiennes, ont été évacuées de leur squat de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) qu'elles occupaient depuis le mois de mars. Depuis, ils campent à côté de la mairie. Ils sont 80 environ, dont une quarantaine d'enfants. Ils ont tous des parcours différents. "J'ai quitté la Colombie parce que j'ai reçu des menaces. Je ne voulais pas rester, car j'étais en danger de mort. Des bandes criminelles m'ont dit : 'si tu ne pars pas de Colombie, tu es mort'. Les Farc", explique un jeune homme.

Expulsion prévue le 25 août

Le squat représentait un risque d'insécurité selon la préfecture. "Le lieu était très sec. Il n'y avait pas d'humidité. Il y avait même pas un cafard. On avait nettoyé toutes les saletés. On était en train de repeindre", dément une réfugiée politique. Ils ont été contraints de quitter le squat parce qu'une école y sera construite d'ici 2022. La mairie de Saint-Ouen n'a pas réagi. La préfecture a accepté le campement jusqu'au dimanche 25 août. Ensuite, les familles seront évacuées, au mieux relogées.

Le campement des familles sud-américaines à côté de la mairie de Saint-Ouen
Le campement des familles sud-américaines à côté de la mairie de Saint-Ouen (FRANCEINFO)