Plus de 70 millions de personnes ont fui la guerre, les persécutions ou les conflits en 2018 d'après l'ONU

Il n'y a jamais eu autant de réfugiés depuis 70 ans, quand le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés a été créé.

Des Vénézuéliens dans la ville frontalière de Tumbes (Pérou), le 14 juin 2019, pour entrer dans le pays depuis la frontière nord avec l\'Équateur.
Des Vénézuéliens dans la ville frontalière de Tumbes (Pérou), le 14 juin 2019, pour entrer dans le pays depuis la frontière nord avec l'Équateur. (NESTOR QUINONES / EFE)

Le nombre de personnes fuyant la guerre, les persécutions ou les conflits a dépassé 70 millions en 2018, alerte mercredi 19 juin le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Il s’agit d’un niveau sans précédent, jamais atteint en bientôt 70 années d’existence du HCR.

"Ces chiffres confirment à nouveau la hausse sur le long terme du nombre de personnes ayant besoin d'être protégées", affirme le Haut-commissaire du HCR, Filippo Grandi. Selon le rapport annuel de l'ONG, en 2018, près de 70,8 millions de personnes dans le monde ont été déracinées, soit l'équivalent de la population de la Thaïlande ou de la Turquie. C'est deux fois plus qu'il y a 20 ans et une hausse de 2,3 millions de personnes par rapport à 2017.

Selon le rapport, un réfugié sur deux était un enfant en 2018. "C'est très triste", souligne Paolo Artini, représentant du Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés en France. "Nous faisons appel à une meilleure protection et une meilleure écoute des enfants. Beaucoup sont obligés de fuir sans leur famille. C'est donc important de leur donner accès à l'éducation et un futur meilleur", dit-il à franceinfo.

Une "vague de générosité et de solidarité"

"Ce nombre de 70,8 millions reste une estimation prudente", estime le HCR, qui précise qu'il ne reflète que "partiellement" la crise au Venezuela"Au total, quelque quatre millions de Vénézuéliens, selon les statistiques fournies par les gouvernements des pays qui les accueillent, ont quitté leur pays, ce qui en fait l’une des plus importantes crises de déplacement de population au monde", précise Filippo Grandi. Sur ces quatre millions de réfugiés, à peine un demi-million "ont introduit officiellement, à ce jour, une demande d'asile", ajoute le HCR.

Malgré ces chiffres historiquement hauts, Filippo Grandi souligne un aspect plus positif : "Bien que la rhétorique au sujet des réfugiés et des migrants soit souvent toxique, nous assistons également à une vague de générosité et de solidarité, en particulier de la part des communautés qui accueillent déjà un grand nombre de réfugiés". Le HCR constate ainsi une "implication sans précédent de la part de nouveaux acteurs, notamment dans les secteurs du développement, des entreprises privées et des particuliers."

La situation reste tendue en Méditerranée 

"Nous sommes préoccupés parce que les capacités de sauvetage en mer ont diminué alors que, chaque jour, des personnes meurent ou disparaissent en Méditerranée", déplore sur franceinfo mercredi Paolo Artini, représentant du Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR) en France. "Sauver les personnes en mer est un devoir, une obligation prévue par le droit maritime et un impératif humanitaire", affirme-t-il. "Il ne faudrait pas pénaliser les personnes qui sauvent des vies", assure Paolo Artini, alors que de nombreux bateaux d'ONG sont bloqués dans des ports.