Cet article date de plus de sept ans.

Paris : 2 083 migrants ont été évacués d'un campement de fortune vendredi matin

Des migrants, essentiellement Soudanais, Afghans ou Erythréens, s'étaient installés entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad à Paris. Selon Emmanuelle Cosse, les occupants présents ont pu être orientés "vers une soixantaine de structures d'accueil franciliennes".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des gendarmes évacuent des migrants installés dans un camp entre les stations Jaurès et Stalingrad, à Paris, le 16 septembre 2016. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a salué dans un communiqué "le bon déroulement de l'opération de mise à l'abri" de 2 083 migrants menée vendredi matin dans le XIXe arrondissement de Paris.

Des migrants, essentiellement Soudanais, Afghans ou Erythréens, s'étaient installés dans des dizaines de tentes et sur des matelas entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad, dans de très mauvaises conditions sanitaires. Le campement sauvage ne cessait de grossir ces dernières semaines.

2 083 migrants vers 60 structures

Selon la ministre du Logement, les 2 083 occupants présents ont pu être orientés "vers une soixantaine de structures d'accueil franciliennes", et "154 personnes vulnérables [des familles avec enfants ou des femmes isolées, NDLR] ont été prises en charge".

Emmanuelle Cosse s'est rendue sur les lieux, vendredi matin, et a affirmé que l'Etat "continuerait à prendre ses responsabilités et à orienter les demandeurs d'asile dans les lieux disponibles sur l'ensemble du territoire" et s'est félicitée de l'ouverture prochaine, à Paris et à Ivry, de deux centres de premier accueil qui feront figure de "nouveau maillon du dispositif national solidaire".

Depuis le 2 juin 2015, rappelle la ministre du Logement, 28 opérations de mise à l'abri ont été organisées et plus de 19 083 offres d'hébergement ont été proposées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.