Nord : un migrant se noie dans un canal près du vaste campement d'exilés de Loon-Plage, à l'ouest de Dunkerque

La victime, un Sud-Soudanais âgé de 22 ans selon l'association Utopia 56 à Grande-Synthe (Nord), "se rendait dans le canal pour se laver".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un camp de migrants, à cheval sur les communes de Grande-Synthe et Loon-Plage (Nord), le 8 mars 2022. (MAXPPP)

Un migrant s'est noyé mardi dans un canal près du vaste campement d'exilés de Loon-Plage (Nord), à l'ouest de Dunkerque, a-t-on appris mercredi 10 août auprès d'une association et de la préfecture. La préfecture du Nord a confirmé le décès d'un migrant "dû à une chute accidentelle".

Cet homme "se rendait dans le canal pour se laver, d'après d'autres exilés, qui ont appelé les secours. Mais les secours n'ont rien pu faire", a rapporté Anna Richel, coordinatrice de l'association Utopia 56 à Grande-Synthe, à l'AFP. Selon elle, la victime est un Sud-Soudanais âgé de 22 ans.

Des camps sans eau courante

Dans le campement situé à proximité de ce canal, "les conditions sont terribles, il y a un manque d'eau cruel, énormément de gens souffrent de la chaleur, de la poussière", dénonce Anna Richel. D'après Utopia 56, 300 à 400 personnes y vivent.

L'association Roots fournit de l'eau chaque jour dans des cuves mais "il n'y a pas de point d'eau courante" dans ce campement, pointe-t-elle. "Ces conditions de non-accueil font que les gens continuent à prendre des risques pour partir" vers l'Angleterre.

Sur le littoral du nord de la France, majoritairement à Calais et Loon-Plage, près de Dunkerque, des centaines de migrants vivent dans des campements précaires. Ces Erythréens, Soudanais, Irakiens ou encore Iraniens sont régulièrement expulsés, dans l'espoir de gagner l'Angleterre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.