Mineurs isolés : au tour de la Lozère de déposer plainte contre Eric Zemmour

Le Conseil départemental de la Lozère est le onzième à porter plainte contre le polémiste.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Eric Zemmour lors d'une soirée organisée par "Valeurs actuelles" en avril 2017.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Après la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, c'est au tour de la Lozère de déposer plainte ce lundi 5 octobre contre Eric Zemmour, rapporte France Bleu Gard Lozère. Des plaintes qui font suite aux propos du polémiste la semaine dernière contre les migrants mineurs. Sur la chaîne Cnews, Eric Zemmour les avait qualifié de "voleurs", d'"assassins", et de "violeurs".

Le Conseil départemental de la Lozère évoque des "paroles abjectes". Il a donc décidé de déposer une plainte pour "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur origine" mais aussi pour "injures publiques et pour diffamation à caractère raciste."

Eric Zemmour utilise l'idéologie de la haine pour faire naître des peurs fantasmées

Sophie Pantel, présidente PS du département de la Lozère

"Ses paroles sont injurieuses, infondées et constituent un appel à la haine intolérable. Elles vont à l'encontre du devoir de protection que nous avons envers des jeunes fragilisés par des parcours de vie dramatiques, et des politiques publiques engagées avec le tissu associatif local, l’Éducation nationale et les acteurs socio-professionnels. Dans l'immense majorité des cas, les mineurs dont les Départements ont la charge manifestent une forte volonté d'insertion", ajoute la présidente du département, Sophie Pantel. "Dans les propos d'Eric Zemmour, ce sont non-seulement leur dignité qui est remise en cause, mais également le travail des services des départements. Nous ne pouvons tolérer de tels propos qui portent atteinte à notre République", conclut-elle.

Jeudi dernier, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "provocation à la haine raciale" et "injures publiques à caractère raciste". La Loire-Atlantique, le Gers, les Landes, la Haute-Garonne, les Pyrénées-Orientales, le Finistère, la Meurthe-et-Moselle ou encore la Haute-Vienne ont déjà porté plainte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.