Migrants : trois passeurs condamnés à des peines de un à quatre ans de prison

La justice estime qu'ils ont participé à la traversée de la Manche de plus de 500 migrants entre juin et août 2021.

Article rédigé par
avec France Bleu Nord - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'équipement utilisé par les migrants pour traverser la Manche. Photo d'illustration. (MAXIME TELLIER / FRANCE-INFO)

Trois passeurs ont été condamnés à des peines allant d'un an à quatre ans de prison par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer lundi 6 décembre. La justice estime qu'ils ont participé à la traversée de la Manche de près de 530 migrants en un mois et demi, entre la fin du mois de juin et le début du mois d'août 2021, générant un chiffre d'affaires de plus d'un million d'euros, rapporte France Bleu Nord.

Ces hommes – un Syrien et deux Kurdes irakiens – ont été interpellés alors qu'ils conduisaient une voiture aux alentours de Calais, dans laquelle la police a trouvé des bouées et une personne s'apprêtant à traverser la Manche. Deux d'entre eux ont été condamnés pour ces faits-là, dans un premier temps.

Un carnet contenant des noms de migrants saisi

L'enquête se poursuit avec la découverte de nombreuses vidéos, notamment des remerciements de migrants et une vidéo diffusée sur le réseau social TikTok dans laquelle l'un des suspects semble faire la promotion de ces opérations. La police trouve aussi un carnet contenant plus de 150 noms et des indications sur l'âge des migrants – "bébé" notamment – ainsi que des montants.

La justice a donc estimé que, s'ils ne sont pas les organisateurs d'un réseau, ils sont des intermédiaires, des manutentionnaires, et donc des passeurs. Les prévenus ont fondu en larmes à plusieurs reprises pendant leur procès et ont nié les faits. L'un de leurs avocats a rappelé que certaines "petites mains" des passeurs faisaient cela pour, elles-mêmes, se payer un aller vers les côtes britanniques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.