Migrants : très attendu ou vivement critiqué, un décret crée un fichier des mineurs isolés

La récente loi asile-immigration avait, dans son article 51, prévu la mise en place d'un tel fichier biométrique.

Un adolescent dans un centre pour mineurs isolés étrangers à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 juillet 2018.
Un adolescent dans un centre pour mineurs isolés étrangers à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 juillet 2018. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Il était redouté par certaines associations. Le décret créant un fichier des mineurs isolés étrangers a été publié jeudi 31 janvier au Journal officiel. Il instaure un dispositif très attendu par les départements pour alléger leur fardeau financier, mais plusieurs acteurs craignent des passerelles avec la lutte contre l'immigration irrégulière.

Le texte "modifie la procédure d'évaluation" des mineurs non accompagnés pour "renforcer le concours de l'Etat", en créant un fichier qui centralisera les évaluations menées dans divers départements. Il compilera, selon la récente loi asile-immigration, l'état civil, la langue parlée, mais aussi "les images numérisées du visage et des empreintes digitales de deux doigts".

"Un fichier malvenu"

De quoi inquiéter les "organisations de protection de l’enfance et de défense des migrants, mais aussi [le] Syndicat de la magistrature, [le] Défenseur des droits, [le] Conseil national de la protection de l’enfance", rapportait Libération. L'association France terre d'asile dénonce par exemple un "fichier malvenu". Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, demandait également l’abandon du décret, "qui élabore une procédure d’évaluation de la minorité et de l’isolement privilégiant la gestion des flux migratoires au détriment de la protection de l’enfance", toujours selon Libération.