Migrants morts en Manche : il faut "un contrôle fiscal" des passeurs, plaide le vice-président de la région Hauts-de-France

Selon Franck Dhersin, les traversées de la Manche sont orchestrées par une "mafia" basée à Londres qui réinvestit l'argent à La City tandis que des "petites mains" opèrent sur le terrain.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un bateau de migrants secouru par des sauveteurs britanniques (RNLI) en Manche, au large du Kent (Royaume-Uni), mercredi 24 novembre 2021. (BEN STANSALL / AFP)

Le vice-président de la région Hauts-de-France, Franck Dhersin, plaide sur franceinfo, jeudi 25 novembre, pour "un contrôle fiscal" des passeurs, les "chefs de cette mafia" présents à Londres, après la mort de 27 migrants mercredi au large de Calais. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui a fait le déplacement mercredi, a qualifié ces intermédiaires de "terroristes".

Des passeurs qui gagnent "des millions"

Franck Dhersin qui est aussi maire de Téteghem près de Dunkerque, abonde dans le sens du ministre, les passeurs sont des terroristes, "parce que ce sont des centaines de morts", fait-il valoir. Mais, il fait une distinction : "il y a passeurs et passeurs". "Il y a les petites mains qui travaillent sur le terrain, qui sont des centaines. Et quand la police française en arrête, elle en arrête beaucoup, 3-4 jours après, il y en a de nouveau. C'est comme les trafics de drogue, c'est exactement pareil".

Le vice-président de la région Hauts-de-France estime qu'il faut s'attaquer directement "au niveau des chefs de cette mafia." "Les chefs de cette mafia sont à Londres, ils gagnent des centaines de millions d'euros chaque jour et ils réinvestissent l'argent à la City. Ils achètent des restaurants, ils achètent des pizzas, ils achètent des hôtels, des immeubles."

"Ils renvoient aussi de l'argent au pays. Et la seule façon de les avoir, c'est un contrôle fiscal"

Franck Dhersin

à franceinfo

Franck Dhersin en est convaincu : "Cette méthode-là, elle fonctionne. Si le fisc anglais, si le gouvernement anglais ordonnait au fisc de contrôler ces gens, ils empêcheraient ces gens de pouvoir continuer à payer des petites mains. Et donc, il y aurait beaucoup moins de problèmes". L'élu fustige aussi les "criminels" que sont selon lui "les chefs de gouvernement des pays, des dictateurs qui sont en Afrique, au Moyen-Orient et qui font fuir leurs populations parce qu'ils agressent leur population".

Le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson se sont entretenus mercredi soir et appellent à renforcer la coopération internationale pour lutter contre les passeurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.